Étiquette : stylo

lilin

Nous sommes parfaitement équipés pour nous coordonner avant et après

michael lilin

Nous sommes parfaitement équipés pour nous coordonner avant et après.

Encre et stylo sur papier

michael lilin 2017

 

 

Last night
                     tossed in
my bed
                     the sound of the rain turned me
around,
                 a leaf
in a dried gully
                            from side to
side,
            the sound of the rain took me
apart,        opened to                 what is it?

Hilda Morley

Heavy —michael lilin

Modèle Moderne (les événements médiatisés)

michael lilin 2017

Modèle Moderne (les événements médiatisés/heavy/de la poussière partout…)

Encres, crayons de couleur, stylo, colle, collages sur papier

24×32 cm

michael lilin 2017

 

he’ll never get the modern dance

Under the door there’s an eye on the place

He watches for the shadows race

Watch real close

Look real fast

He’s in touch

It’ll never last

Cuz our poor boy believes in chance

he’ll never get the modern dance

 

 

 

michael lilin

Le Grand Soir

michael lilin le grand soir

 

Le grand soir

stylo, crayon de couleurs, encres sur papier

26× 18 cm

michael lilin 2017

 

…Therefore, pure scientist, you look with nice aplomb at this indifferent experience, deploring sentiment. When May came late, and equally scientist you walked among the orchards in the apple-blocks and saw the blossom…

Making concrete as much as my guts can stand

Making concrete as much as my guts can stand / as touchable—grabable—solid— but it always turns out so precarious

Stylo uniball, aquarelle, encre et crayons sur papier

michael lilin 2017

 

 

 

 

 

 

The mower, Philip Larkin 
The mower stalled, twice; kneeling, I found
A hedgehog jammed up against the blades,
Killed. It had been in the long grass.
I had seen it before, and even fed it, once.
Now I had mauled its unobtrusive world
Unmendably. Burial was no help:
Next morning I got up and it did not.
The first day after a death, the new absence
Is always the same; we should be careful
Of each other, we should be kind
While there is still time.
michael lilin 2017

Ne touche pas à ça

michael lilin 2017

 

Ne touche pas à ça

Encres, stylo uniball, feutre, crayons de couleur, découpages sur papier, colle à bois

41×31cm

michael lilin 2017

 

Don’t touch, the flame will burn the fingertips.
Thrust your whole palm into the fire,
thrust it into the cool of my fur,
for I come from beyond the forests and swamps.
Once my lungs were filled with ice-cold mist,
snow crystals scraped my antlers.
Ice fields shifted. I spoke with a human voice.
What fine words, what low lines. My voice resounded
through the forest. Trees stirred, the lawn shrank.
I came closer, past the first suburbs,
the first lit houses, your home somewhere among them.
Don’t touch,
the glacier’s edge will stick to your nails.

(Olli Heikkonen, 2007)

michael lilin 2017

constellation (keep smiling, la récompense, thinking one thing)

michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017

Constellation

encre, crayons, feutres, découpages sur papier

3 feuilles

michael lilin 2017

 

 

“They don’t come to me
anymore. How can I lament
anything? It is all
so proper, so much
as it should be, now
the nearing cumulus
clouds, ominous,
shift, they are like the
curtains, billowy,
veering at the apex
of their intrusion on the room.
If I am alive now,
it is only
to be in all this
making all possible.
I am glad to be
finally a part
of such machinery. I was
after all not so fond
of living, and there comes
into me, when I see
how little I liked
being a man, a great joy.”
(denis johnson, Looking out the window poem, 1995)
michael lilin discipline

Enraciné dans la discipline (plus que dans le plaisir)—

michael lilin enraciné dans la discipline

Enraciné dans la discipline (plus que dans le plaisir)—

Encres et stylo sur papier

31×23cm

michael lilin 2016

 

 

Throw away thy rod, 
Throw away thy wrath: 
                  O my God, 
Take the gentle path. 
For my heart’s desire 
Unto thine is bent: 
                  I aspire 
To a full consent. 
Not a word or look 
I affect to own, 
                  But by book, 
And thy book alone. 
Though I fail, I weep: 
Though I halt in pace, 
                  Yet I creep 
To the throne of grace. 
Then let wrath remove; 
Love will do the deed: 
                  For with love 
Stony hearts will bleed. 
Love is swift of foot; 
Love’s a man of war, 
                  And can shoot, 
And can hit from far. 
Who can ’scape his bow? 
That which wrought on thee, 
                  Brought thee low, 
Needs must work on me. 
Throw away thy rod; 
Though man frailties hath, 
         Thou art God: 
Throw away thy wrath.
George Herbert
michael lilin plan B

Shifting to plan B/les ombres hésitaient sans cesse…

michael lilin plan B

Shifting to plan B / Les ombres hésitaient sans cesse

Stylo uniball et feutre à encre, 18×25 cm

michael lilin 2016

Quand le vieux eut allumé la lampe à pétrole, l’obscurité changea à peine, mais on eut l’impression que le bateau avait recommencé à se balancer. Dans la jonque d’à côté, des gens cuisinaient du poisson avec de l’ail et de la sauce soja. Remué par les mouvements du vieux, l’odeur puissante se renforça encore. Les ombres hésitaient sans cesse. Dès que le vieux se fut rassis à un mètre du minuscule cercle de lumière diffusée par la lampe, sa physionomie ravagée de pêcheur, ornée en guise de pilosité par trois mesquines torsades de filasse grise, s’évanouit.
…/…
Je savais bien ce qui m’attendait. Un homme viendrait, il tendrait au vieux une liasse de dollars, il s’accroupirait au milieu des cartons pourris et, à la limite de l’ombre et de la lumière, il passerait plusieurs minutes à ne rien faire de spécial. Il échangerait quelques phrases anodines avec Laura Kim, il m’adresserait deux ou trois regards détendus et même subtilement complices, cat il aurait la grandeur d’âme de vouloir endormir ma vigilance. Puis il me fracasserait le crâne et ressortirait rapidement du bateau, en compagnie de Laura Kim et en laissant le vieux se débrouiller avec mon cadavre. 

Antoine Volodine, Macau, 2009

michael lilin : comme il est idiot, il ne voit rien.

comme il est idiot, il ne voit rien

michael lilin : comme il est idiot, il ne voit rien

Comme il est idiot, il ne voit rien.

Encres, stylo uniball, crayons de couleur, aquarelle sur papier

18×24cm

michael lilin 2016

Ce qui le fascinait, c’étaient les hommes dans leur malheur, ce n’étaient pas les hommes proprement dit qui l’avaient attiré mais leur malheur, et ce malheur il le rencontrait partout où il y avait des hommes, pensai-je, il était avide d’hommes parce qu’il était avide de malheur. L’homme c’est le malheur, disait-il sans cesse, pensai-je, il n’y a que les sots pour prétendre le contraire. C’est un malheur que de naître, disait-il, et aussi longtemps que nous vivons, nous ne faisons que prolonger ce malheur, seule la mort y met un terme. Mais cela ne signifie pas que nous sommes seulement malheureux, notre malheur est la condition préalable en vertu de laquelle nous pouvons aussi être heureux, il n’y a que par le détour du malheur que nous pouvons être heureux, disait-il, pensai-je.

Le trajet de Vienne à Linz est un trajet semé uniquement de laideur. De Linz à Salzbourg, cela ne s’arrange pas. Et les montagnes du Tyrol m’oppressent. J’ai toujours haï le Vorarlberg au même titre que la Suisse, lieu d’élection de l’abrutissement, comme mon père l’a toujours dit, et sur ce point, je ne le contredisais pas. Je connaissais Coire pour m’y être plusieurs fois arrêté avec mes parents, c’est-à-dire chaque fois que nous envisagions d’aller à Saint-Maurice et passions la nuit à Coire, toujours au même hôtel où cela puait la tisane de menthe ; mon père y était connu et on lui consentait un rabais de vingt pour cent parce qu’il était resté fidèle à l’hôtel pendant plus de quarante ans. 

Thomas Berhard, Le naufragé, 1986

grausam und unerbittlich gegen alles sein

grausam und unerbittlich gegen alles sein Michael Lilin

Grausam und unerbittlich gegen alles sein (être cruel et impitoyable envers tout)

Encres, aquarelle, stylo sur papier, 18×24 cm

michael lilin 2016

Obligation, sans reprendre souffle, de raréfier, de hiérarchiser êtres et choses empiétant sur nous.
Comprenne qui pourra.
Le pollen n’échauffant plus un avenir multiple s’écrase contre la paroi rocheuse.

Que nous défiions l’ordre ou le chaos, nous obéissons à des lois que nous n’avons pas intellectuellement instituées.
Nous nous en approchons à pas de géant mutilé.

De quoi souffrons-nous le plus?
De souci.
Nous naissons dans le même torrent, mais nous y roulons différemment  parmi les pierres affolées.
Souci?
Instinct garder.  (René Char)

intérêts conjoints m lilin

Intérêts conjoints

intérêts conjoints michael lilin

Intérêts conjoints

Encres, lavis, crayon, stylo sur papier

18×24 cm

michael lilin 2016

 

45 
 

Avec l’automation, qui est à la fois le secteur le plus avancé de l’industrie moderne, et le modèle où se résume parfaitement sa pratique, il faut que le monde de la marchandise surmonte cette contradiction : l’instrumentation technique qui supprime objectivement le travail doit en même temps conserver le travail comme marchandise, et seul lieu de naissance de la marchandise. Pour que l’automation, ou toute autre forme moins extrême de l’accroissement de la productivité du travail, ne diminue pas effectivement le temps de travail social nécessaire à l’échelle de la société, il est nécessaire de créer de nouveaux emplois. Le secteur tertiaire, les services, sont l’immense tirement des lignes d’étapes de l’armée de la distribution et de l’éloge des marchandises actuelles ; mobilisation des forces supplétives qui rencontre opportunément, dans la facticité même des besoins relatifs à de telles marchandises, la nécessité d’une telle organisation de l’arrière-travail. 
  
  
  
 

46 
 

La valeur d’échange n’a pu se former qu’en tant qu’agent de la valeur d’usage, mais sa victoire par ses propres armes a créé les conditions de sa domination autonome. Mobilisant tout usage humain et saisissant le monopole de sa satisfaction, elle a fini par diriger l’usage. Le processus de l’échange s’est identifié à tout usage possible, et l’a réduit à sa merci. La valeur d’échange est le condottiere de la valeur d’usage, qui finit par mener la guerre pour son propre compte. 

Outnumbered —michael lilin
Outnumbered

Outnumbered 

Encre, lavis, aquarelle et stylo sur papier,

24×18 cm

michael lilin 2016

The practitioner is outnumbered, but though he is, the practitioner has a plan of action which will defeat his numerically superior enemies. Of course, during that exact time, he will be unable to defeat them because he is vastly outnumbered, but there will be a time when his enemies will become few. 

That is the perfect opportunity and time to conduct a treacherous attack which should surprise the remainder of his enemies.

Employment of “deceptive attacks” is useful, especially when combined with treacherous means, in order to defeat the enemy.

Patrhenry P Pantig,  Martial Art Philosophy : the art of street fighting.

 

michael lilin

On n’apprend pas à commencer

Jankelevitch, of course

On n’apprend pas à commencer

encres, lavis, stylo et feutre sur papier,

31×41cm

michael lilin 2016

On devient cithariste en jouant de la cithare, comme c’est en forgeant que l’on devient forgeron. Dans la décision aventureuse de se jeter à l’eau, l’apprenti rompt la corde et, miraculeusement, irrationnellement commence à nager ; la solution d’elle-même germe et se dessine dans l’initiative…Bergson, dans L’Évolution créatrice, s’exprime à peu près ainsi : l’intelligence est capable de chercher n’importe quoi, mais à elle seule ne peut rien trouver ; et vice-versa l’instinct trouve du premier coup et infailliblement, mais il ne trouve qu’une seule chose : celle pour laquelle il est fait»: Eh bien, seule l’intuition est capable des deux, à la fois de trouver et de chercher. Mieux que cela, dans l’acte même par lequel elle cherche; elle a déjà trouvé, « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais trouvé.» C’est donc l’intention heuristique qui est elle-même la trouvaille ; la chose recherchée était déjà trouvée, mais il fallait y penser…. Et ainsi l’homme commence par la découverte, c’est-à-dire par la fin ! Pour commencer, il faut commencer, et on n’apprend pas à commencer. Pour commencer, il faut simplement du courage.

Vladimir Jankelevitch, Avec l’âme toute entière, 1960

Vom Gesicht und Räthsel

Vom gesicht und Räthsel—michael lilin 2016
Vom Gesicht une Räthsel michael lilin

Vom Gesicht und Räthsel (de la vision et de l’énigme)

encre, crayon graphite, crayon de couleur, stylo Uniball sur papier

21×29,7cm

michael lilin 2016

À vous, chercheurs hardis et aventureux, qui que vous soyez, vous qui vous êtes embarqués avec des voiles pleines d’astuce, sur les mers épouvantables, —

à vous qui êtes ivres d’énigmes, heureux du demi-jour, vous dont l’âme se laisse attirer par le son des flûtes dans tous les remous trompeurs :

— car vous ne voulez pas tâtonner d’une main peureuse le long du fil conducteur ; et partout où vous pouvez deviner, vous détestez de conclure —

c’est à vous seuls que je raconte l’énigme que j’ai vue, — la vision du plus solitaire. —

Le visage obscurci, j’ai traversé dernièrement le blême crépuscule, — le visage obscurci et dur, et les lèvres serrées. Plus d’un soleil s’était couché pour moi.

Also Sprach Zarathoustra, Friedrich Nietzsche, 1883

The amorous subject.

michael lilin the amorous subject
The amorous subject A4

The amorous subject

encre, stylo, crayons sur papiers découpés,

21×29,7×3 cm

michael lilin 2016

“The amorous subject lives in the belief that the loved object does love him, but doesn’t tell him / Oh sprich, mein herzallerliebstes Lieb/Our experience shows us that such contact involves rather amusing conspiracies of silence”

(Le sujet amoureux vit dans la croyance que l’objet de son amour l’aime en retour, mais ne lui dit pas/Oh parle, mon amour très cher de mon cœur/notre expérience nous montre qu’un tel contact entraîne plutôt d’amusantes conspirations de silence)(vaguement : Roland Barthes, Heinrich Heine, Guy Debord)

 

ambiguous negation

ambigous negation 2 ambigous negation 23×31

ambiguous negation

encres, stylo et aquarelle sur papier et papier découpé

23×31cm

michael lilin 2016

Teach me to plead,” said a young rhetorician to a sophist, “and I will pay you when I gain a cause.” The master sued for payment at once, and the scholar pleaded, “If I gain my cause you must pay me, and if I lose it I am not bound to pay you by the terms of our contract.” The master pleaded, “If you gain you must pay me by the terms of the agreement, and if you lose the court will compel you to pay me.

 

(je voulais le morceau Are you positive you’re negative ? mais il semble introuvable. Tant pis, un autre.)

Une corrélation positive.

une corrélation positive 2 une corrélation positive 36× 48

Une corrélation positive

Crayons, stylos, aquarelle et encre sur papier, 61×46 cm

michael lilin 2016

« La conclusion de l’analyste était que mon arrivée sur terre était liée à une suite d’événements hasardeux, improbables. Je lui ai dit que je ne croyais pas posséder de talent particulier, sinon celui de la curiosité ; il a vu là une déclaration de première importance. Il est horrible de prendre la vie pour une chose, m’a-t-il dit, et de s’apercevoir qu’elle en est une autre. La curiosité permet d’envisager plusieurs alternatives. Son tempérament portait la trace de la mélancolie la plus légère que j’aie jamais vue, une humeur qui m’a rendue définitivement méfiante envers tout projet d’auto-amélioration et ces tripatouillages mentaux dont notre époque est friande. Il ne m’a pas fait payer la dernière séance de cinquante minutes que nous avons passée à nous poser mutuellement des questions.  »

Extrait de: Jim Harrison. « Dalva. »

Un petit temps de répit (apprécié de tous)

un petit temps de répit A4 2015

Un petit temps de répit (apprécié de tous)

stylo, aquarelle et encre sur papier

29,7×21cm

michael lilin 2015

 

 

Encor! que sans répit les tristes cheminées
Fument, et que de suie une errante prison
Eteigne dans l’horreur de ses noires traînées
Le soleil se mourant jaunâtre à l’horizon!

– Le Ciel est mort. – Vers toi, j’accours! donne, ô matière
L’oubli de l’Idéal cruel et du Péché
A ce martyr qui vient partager la litière
Où le bétail heureux des hommes est couché.

Car j’y veux, puisque enfin ma cervelle vidée
Comme le pot de fard gisant au pied d’un mur
N’a plus l’art d’attifer la sanglotante idée
Lugubrement bâiller vers un trépas obscur…

(L’Azur, Mallarmé, 1864)

Je vous tiendrai au courant dès que je serai arrivé à une conclusion.

je vous tiendrai au courant A4 2015

Je vous tiendrai au courant dès que je serai arrivé à une conclusion.

Stylo, aquarelle et lavis sur papier

21×29,7 cm

michael lilin 2015

 

 

Une technique simple :

Se tenir debout, le dos droit et le regard fixé droit devant soi.

  1.  inspirez longuement par la bouche et le nez.
  2.  expirez doucement par la bouche et le nez, en rentrant au maximum le ventre.
  3. inspirez à nouveau en gonflant son ventre au fur et à mesure de l’inspiration.

Les attributs du clan.

les attributs du clan A4 2015

Les attributs du clan

Stylo et aquarelle sur papier

29,7×21 cm

michael lilin 2015

«Les Attributs sont répartis en trois types : Primaires, Secondaires et de Profession. Quand vous monterez en niveau, vos Attributs primaires augmenteront automatiquement. La valeur totale de vos Attributs primaire au niveau 80 est de 916. Il est aussi possible d’augmenter les Attributs par le biais des objets et des Aptitudes au cours de votre progression. De façon générale, plus vos Attributs sont élevés, plus vous serez puissant.»

Fertilisation.

fertilisation A4 2015

Fertilisation

Lavis, stylo, encre sur papier 21×29,7cm

michael lilin 2015

«Les médiocres terrains, et surtout les mauvais, ne pourront jamais être amendés par des fermiers ; ils n’en ont ni la faculté ni la volonté ; ils afferment à vil prix, font très-peu de profit, et laissent la terre en plus mauvais état qu’ils ne l’ont prise.»

(Voltaire, dictionnaire philosophique, 1764)

The sound of the land that is full of the wind that is blowing.

The sound of the land full of the wind that is blowing5The sound of the land full of the wind that is blowing7 The sound of the land full of the wind that is blowing6 The sound of the land full of the wind that is blowing, 30×40, 2015

The sound of the land that is full of the wind that is blowing

encre de chine, crayons de couleur, stylo uniball, feutre, aquarelle et lavis sur papier,

30×40cm

michael lilin 2015

Le Général J. Gideon Pillow (1806—1878) est un juriste et homme d’affaires américain, qui a été officier dans l’armée confédérée lors de la guerre de Sécession.

Plusieurs faits d’armes de Pillow sont saillants dans la carrière militaire de ce notable du Tennessee. Celui qui est évoqué date de deux ans avant la fin de la guerre de Sécession, lors de la bataille de Stones River. Alors qu’il commandait une brigade de la division du Général Breckinridge, celui-ci le retrouve dissimulé derrière un arbre pour éviter le combat.

Le titre est tiré dune poésie de Wallace Stevens.

 

Thank you for visiting our land.

Thank You for visiting our land détail2Thank You for visiting our land détail

Thank You for visiting our land 31×41 2014

Thank you for visiting our land

Encre de chine, lavis, aquarelle, feutre et crayons de couleur sur papier, 31×41 cm

michael lilin 2014

 

I don’t mean to make you cry.
I mean nothing, but this has not kept you
From peeling away my body, layer by layer,

The tears clouding your eyes as the table fills
With husks, cut flesh, all the debris of pursuit.
Poor deluded human: you seek my heart.

Monologue for an onion (2003)
Suji Kwock Kim

JEB at Gettysburgh : pride.

JEB at Gettysburgh-pride détail3 JEB at Gettysburgh-pride (30×40)×2 2014 JEB at Gettysburgh-pride détail

Le général Jeb Stuart était réputé pour le soin qu’il apportait à sa tenue. Considéré pour ses qualités militaires, il est décrit comme calme, ferme, pointu, actif et entreprenant, abstinent ; cependant, il fait réaliser ses uniformes sur mesure, décore son chapeau de plumes d’autruches, porte une cape, orne la tunique de galons dorés. Il offrira même un de ses uniformes au général Jackson, pour qu’il ait plus la prestance que Stuart associe à leur grade.

JEB at Gettysburgh : pride

crayon de couleurs, crayon, stylo, lavis et aquarelle sur papier

60×40 cm, michael lilin 2014

J_E_B_Stuart_Richmond

JEB at Gettysburgh : greed

Capture d’écran 2014-12-01 à 18.04.38

JEB at Gettysburgh-greed 36×48 2014
JEB at Gettysburgh, Greed.

Capture d’écran 2014-12-01 à 18.04.17

JEB at Gettysburgh : Greed

JEB Stuart, général de cavalerie sudiste, dandy et indispensable à la stratégie du Général Lee, est chargé pendant la bataille de Gettysburgh de rejoindre les troupes en contournant les armées nordistes et en les coupant de leur vivres, matériel et munitions.

Prenant sa mission à cœur, au lieu de les détruire, il s’alourdit des prises de guerre et, ralenti et encombré, se perd dans les montagnes. Il finit par arriver trop tard sur le champ de bataille, et sera froidement accueilli par Lee par ces mots : “Bien, Général, vous êtes enfin là.

stylo, crayons de couleur, encre, lavis et aquarelle sur papier

36×48cm, michael lilin 2014