Étiquette : m

mixchael lilin

Il y a une spontanéité qu’on ne retrouve pas toujours ailleurs

michael lilin

Il y a une spontanéité qu’on ne retrouve pas toujours ailleurs/le sentiment de sérénité vous envahit lentement

encre sur papier, 23×30 cm

michael lilin 2018

 

 

«Nous vivons dans une monde gouverné par toutes sortes de fictions —le commerce de masse, la publicité, la politique considérée comme une branche de la publicité, la traduction immédiate de la science et de la technologie dans l’imagerie populaire, les identités qui se fondent de plus en plus, floues, dans le royaume des produits de consommation, la priorité donnée aux  écrans à toute forme de réaction libre ou originale à une expérience. Nous vivons dans un énorme roman. Il est par exemple de moins en moins nécessaire pour un auteur d’inventer un monde fictionnel. La fiction est déjà là. La tâche de l’écrivain c’est d’inventer la réalité.» J. G. Ballard

lilin

Nous sommes parfaitement équipés pour nous coordonner avant et après

michael lilin

Nous sommes parfaitement équipés pour nous coordonner avant et après.

Encre et stylo sur papier

michael lilin 2017

 

 

Last night
                     tossed in
my bed
                     the sound of the rain turned me
around,
                 a leaf
in a dried gully
                            from side to
side,
            the sound of the rain took me
apart,        opened to                 what is it?

Hilda Morley

Heavy —michael lilin

Modèle Moderne (les événements médiatisés)

michael lilin 2017

Modèle Moderne (les événements médiatisés/heavy/de la poussière partout…)

Encres, crayons de couleur, stylo, colle, collages sur papier

24×32 cm

michael lilin 2017

 

he’ll never get the modern dance

Under the door there’s an eye on the place

He watches for the shadows race

Watch real close

Look real fast

He’s in touch

It’ll never last

Cuz our poor boy believes in chance

he’ll never get the modern dance

 

 

 

michael lilin

Le Grand Soir

michael lilin le grand soir

 

Le grand soir

stylo, crayon de couleurs, encres sur papier

26× 18 cm

michael lilin 2017

 

…Therefore, pure scientist, you look with nice aplomb at this indifferent experience, deploring sentiment. When May came late, and equally scientist you walked among the orchards in the apple-blocks and saw the blossom…

I was always affected by the grand style

 

 

I was always affected by the grand style  michael lilin

crayon graphite et crayon de couleur, encre sur papier aquarelle

18x25cm

michael lilin 2017

 

 

 

I wander thro’ each charter’d street,
Near where the charter’d Thames does flow.
And mark in every face I meet
Marks of weakness, marks of woe.
In every cry of every Man,
In every Infants cry of fear,
In every voice: in every ban,
The mind-forg’d manacles I hear
How the Chimney-sweepers cry
Every blackning Church appalls,
And the hapless Soldiers sigh
Runs in blood down Palace walls
But most thro’ midnight streets I hear
How the youthful Harlots curse
Blasts the new-born Infants tear
And blights with plagues the Marriage hearse
London, William Blake, 1794
However, Cicero found danger in using the style. If the audience was not sufficiently prepared for a major speech, he claimed that it would appear as if the speaker were inebriated. He believed it necessary for a speaker to fully appreciate the two other styles—plain and middle—used respectively for ‘teaching’ and for ‘pleasing’. He claimed that without the understanding all three, the potential of the grand style could never be realized.
michael lilin 2017

Ne touche pas à ça

michael lilin 2017

 

Ne touche pas à ça

Encres, stylo uniball, feutre, crayons de couleur, découpages sur papier, colle à bois

41×31cm

michael lilin 2017

 

Don’t touch, the flame will burn the fingertips.
Thrust your whole palm into the fire,
thrust it into the cool of my fur,
for I come from beyond the forests and swamps.
Once my lungs were filled with ice-cold mist,
snow crystals scraped my antlers.
Ice fields shifted. I spoke with a human voice.
What fine words, what low lines. My voice resounded
through the forest. Trees stirred, the lawn shrank.
I came closer, past the first suburbs,
the first lit houses, your home somewhere among them.
Don’t touch,
the glacier’s edge will stick to your nails.

(Olli Heikkonen, 2007)

michael lilin 2017

constellation (keep smiling, la récompense, thinking one thing)

michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017

Constellation

encre, crayons, feutres, découpages sur papier

3 feuilles

michael lilin 2017

 

 

“They don’t come to me
anymore. How can I lament
anything? It is all
so proper, so much
as it should be, now
the nearing cumulus
clouds, ominous,
shift, they are like the
curtains, billowy,
veering at the apex
of their intrusion on the room.
If I am alive now,
it is only
to be in all this
making all possible.
I am glad to be
finally a part
of such machinery. I was
after all not so fond
of living, and there comes
into me, when I see
how little I liked
being a man, a great joy.”
(denis johnson, Looking out the window poem, 1995)
michael lilin drawing 2016

Let’s face it : everything didn’t work out as expected

michael lilin drawing 2016

Let’s face it : everything didn’t work out as expected

Encre, crayons sur papier découpé

michael lilin 2016

Let’s face it

Things didn’t work

Quite as expected

How it happened

Does not matter

As long as 

all is stucked

Let’s have

A close look 

On that

Shared failure

How come

There’s no grip

On nothing

That could help

No way out

No way in

Close circuit

Running free

michael lilin le recul aidant

Le recul aidant, il était facile…

michael lilin le recul aidant

Le recul aidant, il était facile, à présent, de comprendre la raison pour laquelle dès le début, les recherches s’étaient égarées.

Encres et crayons de couleur sur papier

31×23cm

michael lilin 2016

 

Notre petit groupe se confronte à une question de départ, tout en sachant que les dés sont « pipés », car nous ne saurons pas y répondre, il faut bien accepter la castration du non-savoir. Cette question de départ (qui pourrait inaugurer une longue recherche dépassant les limites modestes de notre séminaire) pourrait être énoncée ainsi : quelle relation raison scientifique et déraison entretiennent entre elles ? L’écriture est incisive et guerrière, il y a en filigrane comme une violence contenue, peut- être à mettre en relation avec la nouvelle confrontation avec le tragique du réel. 

Il y a en chacun la même passion de dire le vrai, de s’exiler de la foule et du sens commun, de déplorer l’ignorance, l’inculture et la bêtise, de s’affranchir des idées reçues et du « prêt à penser » de l’idéologie dominante. Cette posture peut évoquer Platon et sa lutte incessante contre l’opinion dite publique, cet autre nom de l’idéologie. Tous furent animés, à leur manière, par la recherche de la vérité et la disqualification de la pensée courante, c’est-à-dire, ce qu’il est convenu d’appeler le sens commun.

 

michael lilin discipline

Enraciné dans la discipline (plus que dans le plaisir)—

michael lilin enraciné dans la discipline

Enraciné dans la discipline (plus que dans le plaisir)—

Encres et stylo sur papier

31×23cm

michael lilin 2016

 

 

Throw away thy rod, 
Throw away thy wrath: 
                  O my God, 
Take the gentle path. 
For my heart’s desire 
Unto thine is bent: 
                  I aspire 
To a full consent. 
Not a word or look 
I affect to own, 
                  But by book, 
And thy book alone. 
Though I fail, I weep: 
Though I halt in pace, 
                  Yet I creep 
To the throne of grace. 
Then let wrath remove; 
Love will do the deed: 
                  For with love 
Stony hearts will bleed. 
Love is swift of foot; 
Love’s a man of war, 
                  And can shoot, 
And can hit from far. 
Who can ’scape his bow? 
That which wrought on thee, 
                  Brought thee low, 
Needs must work on me. 
Throw away thy rod; 
Though man frailties hath, 
         Thou art God: 
Throw away thy wrath.
George Herbert
michael lilin à la suite de cette astuce

À la suite de cette astuce, des ouvertures améliorent la restitution formidablement précise

michael lilin à la suite de cette astuce

À la suite de cette astuce, des ouvertures améliorent la restitution formidablement précise

encres et crayon de couleur sur papier

23×31cm

michael lilin 2016

 

I look for love.
        My lips stand out
dry and cracked with want
                                     of it.
                                    Oh it is well.
My poem shall show the need for it.
(john wieners)
michael lilin plan B

Shifting to plan B/les ombres hésitaient sans cesse…

michael lilin plan B

Shifting to plan B / Les ombres hésitaient sans cesse

Stylo uniball et feutre à encre, 18×25 cm

michael lilin 2016

Quand le vieux eut allumé la lampe à pétrole, l’obscurité changea à peine, mais on eut l’impression que le bateau avait recommencé à se balancer. Dans la jonque d’à côté, des gens cuisinaient du poisson avec de l’ail et de la sauce soja. Remué par les mouvements du vieux, l’odeur puissante se renforça encore. Les ombres hésitaient sans cesse. Dès que le vieux se fut rassis à un mètre du minuscule cercle de lumière diffusée par la lampe, sa physionomie ravagée de pêcheur, ornée en guise de pilosité par trois mesquines torsades de filasse grise, s’évanouit.
…/…
Je savais bien ce qui m’attendait. Un homme viendrait, il tendrait au vieux une liasse de dollars, il s’accroupirait au milieu des cartons pourris et, à la limite de l’ombre et de la lumière, il passerait plusieurs minutes à ne rien faire de spécial. Il échangerait quelques phrases anodines avec Laura Kim, il m’adresserait deux ou trois regards détendus et même subtilement complices, cat il aurait la grandeur d’âme de vouloir endormir ma vigilance. Puis il me fracasserait le crâne et ressortirait rapidement du bateau, en compagnie de Laura Kim et en laissant le vieux se débrouiller avec mon cadavre. 

Antoine Volodine, Macau, 2009

michael lilin : comme il est idiot, il ne voit rien.

comme il est idiot, il ne voit rien

michael lilin : comme il est idiot, il ne voit rien

Comme il est idiot, il ne voit rien.

Encres, stylo uniball, crayons de couleur, aquarelle sur papier

18×24cm

michael lilin 2016

Ce qui le fascinait, c’étaient les hommes dans leur malheur, ce n’étaient pas les hommes proprement dit qui l’avaient attiré mais leur malheur, et ce malheur il le rencontrait partout où il y avait des hommes, pensai-je, il était avide d’hommes parce qu’il était avide de malheur. L’homme c’est le malheur, disait-il sans cesse, pensai-je, il n’y a que les sots pour prétendre le contraire. C’est un malheur que de naître, disait-il, et aussi longtemps que nous vivons, nous ne faisons que prolonger ce malheur, seule la mort y met un terme. Mais cela ne signifie pas que nous sommes seulement malheureux, notre malheur est la condition préalable en vertu de laquelle nous pouvons aussi être heureux, il n’y a que par le détour du malheur que nous pouvons être heureux, disait-il, pensai-je.

Le trajet de Vienne à Linz est un trajet semé uniquement de laideur. De Linz à Salzbourg, cela ne s’arrange pas. Et les montagnes du Tyrol m’oppressent. J’ai toujours haï le Vorarlberg au même titre que la Suisse, lieu d’élection de l’abrutissement, comme mon père l’a toujours dit, et sur ce point, je ne le contredisais pas. Je connaissais Coire pour m’y être plusieurs fois arrêté avec mes parents, c’est-à-dire chaque fois que nous envisagions d’aller à Saint-Maurice et passions la nuit à Coire, toujours au même hôtel où cela puait la tisane de menthe ; mon père y était connu et on lui consentait un rabais de vingt pour cent parce qu’il était resté fidèle à l’hôtel pendant plus de quarante ans. 

Thomas Berhard, Le naufragé, 1986

michael lilin 2016

Chacun défend sa version

chacun défend se version —michael lilin

Chacun défend sa version

crayon, mine graphite, feutre sur papier ligné

21×16,7 cm

michael lilin 2016

 

 

 

Devant nous s’étend la terre des pauvres, dont les richesses appartiennent exclusivement aux riches, une planète de terre écorchée, de forêts saignées à cendre, une planète d’ordure, un champ d’ordures, des océans que seuls les riches traversent, des déserts pollués par les jouets et les erreurs des riches, nous avons devant nous les villes dont seules les multinationales mafieuses possèdent les clés, les cirques dont les riches contrôlent les pitres, les télévisions conçues pour leur distraction et notre assoupissement, nous avons devant nous leurs grands hommes juchés sur une grandeur qui est toujours un tonneau de sanglante sueur que les pauvres ont versé ou verseront, nous avons devant nous les brillantes vedettes et les célébrités doctorales dont pas une des opinions émises, dont pas une des dissidences spectaculaires n’entre en contradiction avec la stratégie à long terme des riches, nous avons devant nous leurs valeurs démocratiques conçues pour leur propre renouvellement éternel et notre éternelle torpeur, nous avons devant nous les machines démocratiques qui leur obéissent au doigt et à l’oeil et interdisent aux pauvres toute victoire significative, nous avons devant nous les cibles qu’ils nous désignent pour nos haines, toujours d’une façon subtile, avec une intelligence qui dépasse notre entendement de pauvres et avec un art du double langage qui annihile notre culture de pauvres, nous avons devant nous leur lutte contre la pauvreté, leurs programmes d’assistance aux industries des pauvres, leurs programmes d’urgence et de sauvetage, nous avons devant nous leurs distributions gratuites de dollars pour que nous restions pauvres et eux riches, leurs théories économiques méprisantes et leur morale de l’effort et leur promesse pour plus tard d’une richesse universelle, pour dans vingt générations ou dans vingt mille ans, nous avons devant nous leurs agents d’influence, leurs propagandistes spontanés, leur innombrables médias, leurs chefs de famille scrupuleusement attachés aux principes les plus lumineux de la justice sociale, pour peu que leurs enfants aient une place garantie du bon côté de la balance, nous avons devant nous un cynisme tellement bien huilé que le seul fait d’y faire allusion, même pas d’en démonter les mécanismes, mais d’y faire simplement allusion, renvoie dans une marginalité indistincte, proche de la folie et loin de tout tambour et de tout soutien, je suis devant cela, en terrain découvert, exposée aux insultes et criminalisée à cause de mon discours, nous sommes en face de cela qui devrait donner naissance à une tempête généralisée, à un mouvement jusqu’au-boutiste et impitoyable, dix décennies au moins de réorganisation impitoyable et de reconstruction selon nos règles, loin de toutes les logiques religieuses et financière des riches et de leurs philosophies politiques et sans prendre garde aux clameurs de leurs ultimes chiens de garde, nous sommes devant cela depuis des centaines d’années, et nous n’avons toujours pas compris comment faire pour que l’idée de l’insurrections égalitaire visite en même temps, à la même date, les milliards de pauvres qu’elle n’a pas visité encore, et pour qu’elle s’y enracine et pour qu’enfin elle y fleurisse.

Trouvons donc comment faire et faisons-le. 

Antoine Volodine Des anges mineurs, 1999

grausam und unerbittlich gegen alles sein

grausam und unerbittlich gegen alles sein Michael Lilin

Grausam und unerbittlich gegen alles sein (être cruel et impitoyable envers tout)

Encres, aquarelle, stylo sur papier, 18×24 cm

michael lilin 2016

Obligation, sans reprendre souffle, de raréfier, de hiérarchiser êtres et choses empiétant sur nous.
Comprenne qui pourra.
Le pollen n’échauffant plus un avenir multiple s’écrase contre la paroi rocheuse.

Que nous défiions l’ordre ou le chaos, nous obéissons à des lois que nous n’avons pas intellectuellement instituées.
Nous nous en approchons à pas de géant mutilé.

De quoi souffrons-nous le plus?
De souci.
Nous naissons dans le même torrent, mais nous y roulons différemment  parmi les pierres affolées.
Souci?
Instinct garder.  (René Char)

intérêts conjoints m lilin

Intérêts conjoints

intérêts conjoints michael lilin

Intérêts conjoints

Encres, lavis, crayon, stylo sur papier

18×24 cm

michael lilin 2016

 

45 
 

Avec l’automation, qui est à la fois le secteur le plus avancé de l’industrie moderne, et le modèle où se résume parfaitement sa pratique, il faut que le monde de la marchandise surmonte cette contradiction : l’instrumentation technique qui supprime objectivement le travail doit en même temps conserver le travail comme marchandise, et seul lieu de naissance de la marchandise. Pour que l’automation, ou toute autre forme moins extrême de l’accroissement de la productivité du travail, ne diminue pas effectivement le temps de travail social nécessaire à l’échelle de la société, il est nécessaire de créer de nouveaux emplois. Le secteur tertiaire, les services, sont l’immense tirement des lignes d’étapes de l’armée de la distribution et de l’éloge des marchandises actuelles ; mobilisation des forces supplétives qui rencontre opportunément, dans la facticité même des besoins relatifs à de telles marchandises, la nécessité d’une telle organisation de l’arrière-travail. 
  
  
  
 

46 
 

La valeur d’échange n’a pu se former qu’en tant qu’agent de la valeur d’usage, mais sa victoire par ses propres armes a créé les conditions de sa domination autonome. Mobilisant tout usage humain et saisissant le monopole de sa satisfaction, elle a fini par diriger l’usage. Le processus de l’échange s’est identifié à tout usage possible, et l’a réduit à sa merci. La valeur d’échange est le condottiere de la valeur d’usage, qui finit par mener la guerre pour son propre compte. 

Your Favorite Question.

your favorite question A4

Your Favorite Question

Encres et aquarelle sur papier découpé.

21×29,7 cm

Michael Lilin 2016

 

 

And after all these things
Is a question I must ask
When everyone has called me out
And said I am the worst
And asked for voices on my side
My love, would you sing first?
Would you say, « He’s okay,
He’s better than the rest ;
He’s innocent in god’s eyes
And in mine, he is the best« ?

C’était le temps de la critique totale et ce temps là doit finir aujourd’hui selon lui.

C'était le temps de la critique totale 18×24

C’était le temps de la critique totale et ce temps là doit finir aujourd’hui selon lui.

Encres sur papier

18×24cm

michael lilin 2016

 

 

De tout temps les sages ont porté le même jugement sur la vie : elle ne vaut rien… Toujours et partout on a entendu sortir de leur bouche la même parole, — une parole pleine de doute, pleine de mélancolie, pleine de fatigue de la vie, pleine de résistance contre la vie. Socrate lui-même a dit en mourant : « Vivre — c’est être longtemps malade : je dois un coq à Esculape libérateur. » Même Socrate en avait assez. — Qu’est-ce que cela démontre ? Qu’est-ce que cela montre ? — Autrefois on aurait dit (— oh ! on l’a dit, et assez haut, et nos pessimistes en tête !) : « Il faut bien qu’il y ait là-dedans quelque chose de vrai ! Le consensus sapientium démontre la vérité. » — Parlons-nous ainsi, aujourd’hui encore ? le pouvons-nous ? « Il faut en tous les cas qu’il y ait ici quelque chose de malade », — voilà notre réponse : ces sages parmi les sages de tous les temps, il faudrait d’abord les voir de près ! Peut-être n’étaient-ils plus, tant qu’ils sont, fermes sur leurs jambes, peut-être étaient-ils en retard, chancelants, décadents peut-être ? La sagesse paraissait-elle peut-être sur la terre comme un corbeau, qu’une petite odeur de charogne enthousiaste ?…

The amorous subject.

michael lilin the amorous subject
The amorous subject A4

The amorous subject

encre, stylo, crayons sur papiers découpés,

21×29,7×3 cm

michael lilin 2016

“The amorous subject lives in the belief that the loved object does love him, but doesn’t tell him / Oh sprich, mein herzallerliebstes Lieb/Our experience shows us that such contact involves rather amusing conspiracies of silence”

(Le sujet amoureux vit dans la croyance que l’objet de son amour l’aime en retour, mais ne lui dit pas/Oh parle, mon amour très cher de mon cœur/notre expérience nous montre qu’un tel contact entraîne plutôt d’amusantes conspirations de silence)(vaguement : Roland Barthes, Heinrich Heine, Guy Debord)

 

Warming up (s’échauffer)

warming up 61×46

Warming up 

(S’échauffer)

Encres et aquarelles sur papier

61×46 cm

michael lilin 2016

La plupart des formes d’eau mélangées les unes aux autres, et distillées à travers les plantes que produit la terre, ont reçu le nom général de sucs. Ces sucs, diversifiés par les mélanges dont ils sont les produits, ont fourni un grand nombre d’espèces qui n’ont pas de nom. Mais quatre espèces, contenant du feu et particulièrement limpides, ont reçu des noms. Parmi celles-ci, celle qui réchauffe l’âme en même temps que le corps est le vin. Celle qui est lisse et divise le courant visuel et qui, à cause de cela, paraît brillante, luisante et grasse à la vue est l’espèce huileuse, poix, huile de ricin, huile proprement dite et tous les autres sucs doués des mêmes propriétés. Celle qui dilate, autant que la nature le comporte, les pores contractés de la bouche et produit, grâce à cette propriété, une sensation de douceur a reçu généralement le nom de miel. Enfin celle qui dissout la chair en la brûlant, sorte d’écume distincte de tous les autres sucs, a été appelée verjus. (Platon, Timée)

 

 

ambiguous negation

ambigous negation 2 ambigous negation 23×31

ambiguous negation

encres, stylo et aquarelle sur papier et papier découpé

23×31cm

michael lilin 2016

Teach me to plead,” said a young rhetorician to a sophist, “and I will pay you when I gain a cause.” The master sued for payment at once, and the scholar pleaded, “If I gain my cause you must pay me, and if I lose it I am not bound to pay you by the terms of our contract.” The master pleaded, “If you gain you must pay me by the terms of the agreement, and if you lose the court will compel you to pay me.

 

(je voulais le morceau Are you positive you’re negative ? mais il semble introuvable. Tant pis, un autre.)

I know noble accents & lucid inescapable rythms (sic)

I know noble accents 2 I know noble accents A4

I know noble accents and lucid inescapable rythms (sic)

Encre sur papier 29,7×21cm

michael lilin 2016

 

 

Wallace Stevens, Thirteen ways of looking at a blackbird.

VIII
I know noble accents
And lucid, inescapable rhythms;
But I know, too,
That the blackbird is involved
In what I know.

 

IX
When the blackbird flew out of sight,
It marked the edge
Of one of many circles.

 

X
At the sight of blackbirds
Flying in a green light,
Even the bawds of euphony
Would cry out sharply.

 

XI
He rode over Connecticut
In a glass coach.
Once, a fear pierced him,
In that he mistook
The shadow of his equipage
For blackbirds.

 

XII
The river is moving.
The blackbird must be flying.

Same as they always do.

Same as they always do2 Same as they always do 46×61 2016

Same as they always do

crayon, encres stylo sur papier, 46×61 cm

michael lilin 2016

And you may find yourself living in a shotgun shack
And you may find yourself in another part of the world
And you may find yourself behind the wheel of a large automobile
And you may find yourself in a beautiful house, with a beautiful wife
And you may ask yourself
Well…How did I get here?

Once in a lifetime, the Talking Heads

Une corrélation positive.

une corrélation positive 2 une corrélation positive 36× 48

Une corrélation positive

Crayons, stylos, aquarelle et encre sur papier, 61×46 cm

michael lilin 2016

« La conclusion de l’analyste était que mon arrivée sur terre était liée à une suite d’événements hasardeux, improbables. Je lui ai dit que je ne croyais pas posséder de talent particulier, sinon celui de la curiosité ; il a vu là une déclaration de première importance. Il est horrible de prendre la vie pour une chose, m’a-t-il dit, et de s’apercevoir qu’elle en est une autre. La curiosité permet d’envisager plusieurs alternatives. Son tempérament portait la trace de la mélancolie la plus légère que j’aie jamais vue, une humeur qui m’a rendue définitivement méfiante envers tout projet d’auto-amélioration et ces tripatouillages mentaux dont notre époque est friande. Il ne m’a pas fait payer la dernière séance de cinquante minutes que nous avons passée à nous poser mutuellement des questions.  »

Extrait de: Jim Harrison. « Dalva. »

Morgen Früh fahren wir ab.

 

 

 

Morgen früh détailMorgen früh fahren wir ab 26×36 2015

Morgen Früh fahren wir ab

encre et lavis sur papier

26×36 cm

michael lilin

2015

 

 

Meine Schritte waren gemessen und ruhig, und soviel ich weiß, ließ ich, indem ich so meines Weges ging, ziemlich viel würdevolles Wesen sehen. Meine Empfindungen liebe ich vor den Augen meiner Mitmenschen zu verbergen, ohne daß ich mich jedoch deswegen ängstlich bemühe, was ich für einen großen Fehler und für eine starke Dummheit halten würde.

(«Mes pas étaient mesurés et tranquilles, et, pour autant que je sache, je laissais sur mon passage une impression gracieuse. J’aime à dissimuler mes sentiments aux yeux de mes semblables, sans pour autant en faire une angoisse, que je considèrerais comme une forte grossièreté.»

—Robert Walser, La promenade, 1917)

 

 

(Attention, cette vidéo est un peu violente.)

Stillness is a lie, my dear.

Stillness4 Stillness3 Stillness2 Stillness is a lie, my dear 23×30,5 2015

Stillness is a lie, my dear  

Encres, crayons de couleur, et aquarelle sur papier,

23×30,5 cm

michael lilin

2015

 

 

 

To Eva Descending the Stair

Clocks cry: stillness is a lie, my dear;
The wheels revolve, the universe keeps running.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

The asteroids turn traitor in the air,
And planets plot with old elliptic cunning;
Clocks cry: stillness is a lie, my dear.

Red the unraveled rose sings in your hair:
Blood springs eternal if the heart be burning.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

Cryptic stars wind up the atmosphere,
In solar schemes the titled suns go turning;
Clocks cry: stillness is a lie, my dear.

Loud the immortal nightingales declare:
Love flames forever if the flesh be yearning.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

Circling zodiac compels the year.
Intolerant beauty never will be learning.
Clocks cry: stillness is a lie, my dear.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

Sylvia Plath

Opportunities (like golden apples)

Opportunities détail3Opportunities détail

Opportunities détail2Opportunities (like golden apples) 31×41 2015

Opportunities (like golden apples)

Aquarelle et encre sur papier, 31×41 cm

michael lilin 2015

Un autre moment de la carrière du Général Gideon Pillow, quand il est au commandement du fort Donelson, dans le Tennessee, en 1862.

Sachant que le fort va tomber aux mains des soldats de l’Union du Général Ulysse Grant, malgré une tentative de sortie qui faillit être couronnée de succès mais dont les positions gagnées furent inexplicablement abandonnées, Pillow décide de passer le commandement du fort à son second, le Général Buckner, et, se considérant comme une prise trop importante pour être fait prisonnier, il s’enfuit en traversant la rivière Cumberland sur une barque à fond plat.

La chute du fort entraînera également la chute de Nashville.

Battle_of_Fort_Donelson

Kurz & Allison, Battle of Fort Donelson, lithographie, 1887

The sound of the land that is full of the wind that is blowing.

The sound of the land full of the wind that is blowing5The sound of the land full of the wind that is blowing7 The sound of the land full of the wind that is blowing6 The sound of the land full of the wind that is blowing, 30×40, 2015

The sound of the land that is full of the wind that is blowing

encre de chine, crayons de couleur, stylo uniball, feutre, aquarelle et lavis sur papier,

30×40cm

michael lilin 2015

Le Général J. Gideon Pillow (1806—1878) est un juriste et homme d’affaires américain, qui a été officier dans l’armée confédérée lors de la guerre de Sécession.

Plusieurs faits d’armes de Pillow sont saillants dans la carrière militaire de ce notable du Tennessee. Celui qui est évoqué date de deux ans avant la fin de la guerre de Sécession, lors de la bataille de Stones River. Alors qu’il commandait une brigade de la division du Général Breckinridge, celui-ci le retrouve dissimulé derrière un arbre pour éviter le combat.

Le titre est tiré dune poésie de Wallace Stevens.

 

L’apparence de la diversité.

 

L'apparence de la diversité détail

L'apparence de la diversité 23×30,5 2014

L’apparence de la diversité

Stylo, aquarelle, lavis sur papier,

23×30,5 cm

michael lilin 2014

 

I live uptown
I live downtown
I live all around

I had money, I had none
I had money, I had none
But I never been so broke that I couldn’t leave town

I’m a changeling
See me change
I’m a changeling
See me change

I’m the air you breathe
Food you eat
Friends you greet in the sullen street, wow!
See me change

(Doors, 1970)

Thank you for visiting our land.

Thank You for visiting our land détail2Thank You for visiting our land détail

Thank You for visiting our land 31×41 2014

Thank you for visiting our land

Encre de chine, lavis, aquarelle, feutre et crayons de couleur sur papier, 31×41 cm

michael lilin 2014

 

I don’t mean to make you cry.
I mean nothing, but this has not kept you
From peeling away my body, layer by layer,

The tears clouding your eyes as the table fills
With husks, cut flesh, all the debris of pursuit.
Poor deluded human: you seek my heart.

Monologue for an onion (2003)
Suji Kwock Kim