Étiquette : lavis

lilin

Nous sommes parfaitement équipés pour nous coordonner avant et après

michael lilin

Nous sommes parfaitement équipés pour nous coordonner avant et après.

Encre et stylo sur papier

michael lilin 2017

 

 

Last night
                     tossed in
my bed
                     the sound of the rain turned me
around,
                 a leaf
in a dried gully
                            from side to
side,
            the sound of the rain took me
apart,        opened to                 what is it?

Hilda Morley

Heavy —michael lilin

Modèle Moderne (les événements médiatisés)

michael lilin 2017

Modèle Moderne (les événements médiatisés/heavy/de la poussière partout…)

Encres, crayons de couleur, stylo, colle, collages sur papier

24×32 cm

michael lilin 2017

 

he’ll never get the modern dance

Under the door there’s an eye on the place

He watches for the shadows race

Watch real close

Look real fast

He’s in touch

It’ll never last

Cuz our poor boy believes in chance

he’ll never get the modern dance

 

 

 

michael lilin

Le Grand Soir

michael lilin le grand soir

 

Le grand soir

stylo, crayon de couleurs, encres sur papier

26× 18 cm

michael lilin 2017

 

…Therefore, pure scientist, you look with nice aplomb at this indifferent experience, deploring sentiment. When May came late, and equally scientist you walked among the orchards in the apple-blocks and saw the blossom…

I was always affected by the grand style

 

 

I was always affected by the grand style  michael lilin

crayon graphite et crayon de couleur, encre sur papier aquarelle

18x25cm

michael lilin 2017

 

 

 

I wander thro’ each charter’d street,
Near where the charter’d Thames does flow.
And mark in every face I meet
Marks of weakness, marks of woe.
In every cry of every Man,
In every Infants cry of fear,
In every voice: in every ban,
The mind-forg’d manacles I hear
How the Chimney-sweepers cry
Every blackning Church appalls,
And the hapless Soldiers sigh
Runs in blood down Palace walls
But most thro’ midnight streets I hear
How the youthful Harlots curse
Blasts the new-born Infants tear
And blights with plagues the Marriage hearse
London, William Blake, 1794
However, Cicero found danger in using the style. If the audience was not sufficiently prepared for a major speech, he claimed that it would appear as if the speaker were inebriated. He believed it necessary for a speaker to fully appreciate the two other styles—plain and middle—used respectively for ‘teaching’ and for ‘pleasing’. He claimed that without the understanding all three, the potential of the grand style could never be realized.
michael lilin 2017

Ne touche pas à ça

michael lilin 2017

 

Ne touche pas à ça

Encres, stylo uniball, feutre, crayons de couleur, découpages sur papier, colle à bois

41×31cm

michael lilin 2017

 

Don’t touch, the flame will burn the fingertips.
Thrust your whole palm into the fire,
thrust it into the cool of my fur,
for I come from beyond the forests and swamps.
Once my lungs were filled with ice-cold mist,
snow crystals scraped my antlers.
Ice fields shifted. I spoke with a human voice.
What fine words, what low lines. My voice resounded
through the forest. Trees stirred, the lawn shrank.
I came closer, past the first suburbs,
the first lit houses, your home somewhere among them.
Don’t touch,
the glacier’s edge will stick to your nails.

(Olli Heikkonen, 2007)

michael lilin 2017

constellation (keep smiling, la récompense, thinking one thing)

michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017

Constellation

encre, crayons, feutres, découpages sur papier

3 feuilles

michael lilin 2017

 

 

“They don’t come to me
anymore. How can I lament
anything? It is all
so proper, so much
as it should be, now
the nearing cumulus
clouds, ominous,
shift, they are like the
curtains, billowy,
veering at the apex
of their intrusion on the room.
If I am alive now,
it is only
to be in all this
making all possible.
I am glad to be
finally a part
of such machinery. I was
after all not so fond
of living, and there comes
into me, when I see
how little I liked
being a man, a great joy.”
(denis johnson, Looking out the window poem, 1995)
michael lilin drawing 2016

Let’s face it : everything didn’t work out as expected

michael lilin drawing 2016

Let’s face it : everything didn’t work out as expected

Encre, crayons sur papier découpé

michael lilin 2016

Let’s face it

Things didn’t work

Quite as expected

How it happened

Does not matter

As long as 

all is stucked

Let’s have

A close look 

On that

Shared failure

How come

There’s no grip

On nothing

That could help

No way out

No way in

Close circuit

Running free

Outnumbered —michael lilin
Outnumbered

Outnumbered 

Encre, lavis, aquarelle et stylo sur papier,

24×18 cm

michael lilin 2016

The practitioner is outnumbered, but though he is, the practitioner has a plan of action which will defeat his numerically superior enemies. Of course, during that exact time, he will be unable to defeat them because he is vastly outnumbered, but there will be a time when his enemies will become few. 

That is the perfect opportunity and time to conduct a treacherous attack which should surprise the remainder of his enemies.

Employment of “deceptive attacks” is useful, especially when combined with treacherous means, in order to defeat the enemy.

Patrhenry P Pantig,  Martial Art Philosophy : the art of street fighting.

 

michael lilin

On n’apprend pas à commencer

Jankelevitch, of course

On n’apprend pas à commencer

encres, lavis, stylo et feutre sur papier,

31×41cm

michael lilin 2016

On devient cithariste en jouant de la cithare, comme c’est en forgeant que l’on devient forgeron. Dans la décision aventureuse de se jeter à l’eau, l’apprenti rompt la corde et, miraculeusement, irrationnellement commence à nager ; la solution d’elle-même germe et se dessine dans l’initiative…Bergson, dans L’Évolution créatrice, s’exprime à peu près ainsi : l’intelligence est capable de chercher n’importe quoi, mais à elle seule ne peut rien trouver ; et vice-versa l’instinct trouve du premier coup et infailliblement, mais il ne trouve qu’une seule chose : celle pour laquelle il est fait»: Eh bien, seule l’intuition est capable des deux, à la fois de trouver et de chercher. Mieux que cela, dans l’acte même par lequel elle cherche; elle a déjà trouvé, « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais trouvé.» C’est donc l’intention heuristique qui est elle-même la trouvaille ; la chose recherchée était déjà trouvée, mais il fallait y penser…. Et ainsi l’homme commence par la découverte, c’est-à-dire par la fin ! Pour commencer, il faut commencer, et on n’apprend pas à commencer. Pour commencer, il faut simplement du courage.

Vladimir Jankelevitch, Avec l’âme toute entière, 1960

Vom Gesicht und Räthsel

Vom gesicht und Räthsel—michael lilin 2016
Vom Gesicht une Räthsel michael lilin

Vom Gesicht und Räthsel (de la vision et de l’énigme)

encre, crayon graphite, crayon de couleur, stylo Uniball sur papier

21×29,7cm

michael lilin 2016

À vous, chercheurs hardis et aventureux, qui que vous soyez, vous qui vous êtes embarqués avec des voiles pleines d’astuce, sur les mers épouvantables, —

à vous qui êtes ivres d’énigmes, heureux du demi-jour, vous dont l’âme se laisse attirer par le son des flûtes dans tous les remous trompeurs :

— car vous ne voulez pas tâtonner d’une main peureuse le long du fil conducteur ; et partout où vous pouvez deviner, vous détestez de conclure —

c’est à vous seuls que je raconte l’énigme que j’ai vue, — la vision du plus solitaire. —

Le visage obscurci, j’ai traversé dernièrement le blême crépuscule, — le visage obscurci et dur, et les lèvres serrées. Plus d’un soleil s’était couché pour moi.

Also Sprach Zarathoustra, Friedrich Nietzsche, 1883

C’était le temps de la critique totale et ce temps là doit finir aujourd’hui selon lui.

C'était le temps de la critique totale 18×24

C’était le temps de la critique totale et ce temps là doit finir aujourd’hui selon lui.

Encres sur papier

18×24cm

michael lilin 2016

 

 

De tout temps les sages ont porté le même jugement sur la vie : elle ne vaut rien… Toujours et partout on a entendu sortir de leur bouche la même parole, — une parole pleine de doute, pleine de mélancolie, pleine de fatigue de la vie, pleine de résistance contre la vie. Socrate lui-même a dit en mourant : « Vivre — c’est être longtemps malade : je dois un coq à Esculape libérateur. » Même Socrate en avait assez. — Qu’est-ce que cela démontre ? Qu’est-ce que cela montre ? — Autrefois on aurait dit (— oh ! on l’a dit, et assez haut, et nos pessimistes en tête !) : « Il faut bien qu’il y ait là-dedans quelque chose de vrai ! Le consensus sapientium démontre la vérité. » — Parlons-nous ainsi, aujourd’hui encore ? le pouvons-nous ? « Il faut en tous les cas qu’il y ait ici quelque chose de malade », — voilà notre réponse : ces sages parmi les sages de tous les temps, il faudrait d’abord les voir de près ! Peut-être n’étaient-ils plus, tant qu’ils sont, fermes sur leurs jambes, peut-être étaient-ils en retard, chancelants, décadents peut-être ? La sagesse paraissait-elle peut-être sur la terre comme un corbeau, qu’une petite odeur de charogne enthousiaste ?…

ambiguous negation

ambigous negation 2 ambigous negation 23×31

ambiguous negation

encres, stylo et aquarelle sur papier et papier découpé

23×31cm

michael lilin 2016

Teach me to plead,” said a young rhetorician to a sophist, “and I will pay you when I gain a cause.” The master sued for payment at once, and the scholar pleaded, “If I gain my cause you must pay me, and if I lose it I am not bound to pay you by the terms of our contract.” The master pleaded, “If you gain you must pay me by the terms of the agreement, and if you lose the court will compel you to pay me.

 

(je voulais le morceau Are you positive you’re negative ? mais il semble introuvable. Tant pis, un autre.)

Morgen Früh fahren wir ab.

 

 

 

Morgen früh détailMorgen früh fahren wir ab 26×36 2015

Morgen Früh fahren wir ab

encre et lavis sur papier

26×36 cm

michael lilin

2015

 

 

Meine Schritte waren gemessen und ruhig, und soviel ich weiß, ließ ich, indem ich so meines Weges ging, ziemlich viel würdevolles Wesen sehen. Meine Empfindungen liebe ich vor den Augen meiner Mitmenschen zu verbergen, ohne daß ich mich jedoch deswegen ängstlich bemühe, was ich für einen großen Fehler und für eine starke Dummheit halten würde.

(«Mes pas étaient mesurés et tranquilles, et, pour autant que je sache, je laissais sur mon passage une impression gracieuse. J’aime à dissimuler mes sentiments aux yeux de mes semblables, sans pour autant en faire une angoisse, que je considèrerais comme une forte grossièreté.»

—Robert Walser, La promenade, 1917)

 

 

(Attention, cette vidéo est un peu violente.)

Je vous tiendrai au courant dès que je serai arrivé à une conclusion.

je vous tiendrai au courant A4 2015

Je vous tiendrai au courant dès que je serai arrivé à une conclusion.

Stylo, aquarelle et lavis sur papier

21×29,7 cm

michael lilin 2015

 

 

Une technique simple :

Se tenir debout, le dos droit et le regard fixé droit devant soi.

  1.  inspirez longuement par la bouche et le nez.
  2.  expirez doucement par la bouche et le nez, en rentrant au maximum le ventre.
  3. inspirez à nouveau en gonflant son ventre au fur et à mesure de l’inspiration.

Fertilisation.

fertilisation A4 2015

Fertilisation

Lavis, stylo, encre sur papier 21×29,7cm

michael lilin 2015

«Les médiocres terrains, et surtout les mauvais, ne pourront jamais être amendés par des fermiers ; ils n’en ont ni la faculté ni la volonté ; ils afferment à vil prix, font très-peu de profit, et laissent la terre en plus mauvais état qu’ils ne l’ont prise.»

(Voltaire, dictionnaire philosophique, 1764)

Les Fruits Récoltés

Les fruits récoltés 31×41 2015

Les Fruits Récoltés

Crayon, crayons de couleur, encre et lavis sur papier

31×41 cm

michael lilin 2015

 

L’erreur des prétendus gens de goût est de vouloir de l’art partout, et de n’être jamais contents que l’art ne paraisse ; au lieu que c’est à le cacher que consiste le véritable goût, surtout quand il est question des ouvrages de la nature. Que signifient ces allées droites, si sablées, qu’on trouve sans cesse, et ces étoiles, par lesquelles, bien loin d’étendre aux yeux la grandeur d’un parc, comme on l’imagine, on ne fait qu’en montrer maladroitement les bornes?

Jean-Jacques Rousseau, La nouvelle Héloïse.

the blind men strike him down with their sticks.

the blind men2

the blind men3 the blind men strike him down with their sticks 31×41 2015

the blind men strike him down with their sticks.

Encres et crayon sur papier

31×41 cm

michael lilin 2015

 

The streets contain a crowd
    Of blind men tapping their way
    By inches—         
    This man to complain to the grocer
    Of yesterday’s cheese,
    This man to visit a woman,
    This man to take the air.
    Am I to pick my way         
   Through these crickets?—
    I, that have a head
    In the bag
    Slung over my shoulder!
    I have secrets        
    That prick
    Like a heart full of pins.
    Permit me, gentlemen,
    I have killed the mayor
    And am escaping from you.       
    Get out of the way!
      (The blind men strike him down with their sticks.)
 Wallace Stevens, Lettre d’un soldat, 1912—1922

L’apparence de la diversité.

 

L'apparence de la diversité détail

L'apparence de la diversité 23×30,5 2014

L’apparence de la diversité

Stylo, aquarelle, lavis sur papier,

23×30,5 cm

michael lilin 2014

 

I live uptown
I live downtown
I live all around

I had money, I had none
I had money, I had none
But I never been so broke that I couldn’t leave town

I’m a changeling
See me change
I’m a changeling
See me change

I’m the air you breathe
Food you eat
Friends you greet in the sullen street, wow!
See me change

(Doors, 1970)

Thank you for visiting our land.

Thank You for visiting our land détail2Thank You for visiting our land détail

Thank You for visiting our land 31×41 2014

Thank you for visiting our land

Encre de chine, lavis, aquarelle, feutre et crayons de couleur sur papier, 31×41 cm

michael lilin 2014

 

I don’t mean to make you cry.
I mean nothing, but this has not kept you
From peeling away my body, layer by layer,

The tears clouding your eyes as the table fills
With husks, cut flesh, all the debris of pursuit.
Poor deluded human: you seek my heart.

Monologue for an onion (2003)
Suji Kwock Kim

JEB at Gettysburgh : pride.

JEB at Gettysburgh-pride détail3 JEB at Gettysburgh-pride (30×40)×2 2014 JEB at Gettysburgh-pride détail

Le général Jeb Stuart était réputé pour le soin qu’il apportait à sa tenue. Considéré pour ses qualités militaires, il est décrit comme calme, ferme, pointu, actif et entreprenant, abstinent ; cependant, il fait réaliser ses uniformes sur mesure, décore son chapeau de plumes d’autruches, porte une cape, orne la tunique de galons dorés. Il offrira même un de ses uniformes au général Jackson, pour qu’il ait plus la prestance que Stuart associe à leur grade.

JEB at Gettysburgh : pride

crayon de couleurs, crayon, stylo, lavis et aquarelle sur papier

60×40 cm, michael lilin 2014

J_E_B_Stuart_Richmond

JEB at Gettysburgh : greed

Capture d’écran 2014-12-01 à 18.04.38

JEB at Gettysburgh-greed 36×48 2014
JEB at Gettysburgh, Greed.

Capture d’écran 2014-12-01 à 18.04.17

JEB at Gettysburgh : Greed

JEB Stuart, général de cavalerie sudiste, dandy et indispensable à la stratégie du Général Lee, est chargé pendant la bataille de Gettysburgh de rejoindre les troupes en contournant les armées nordistes et en les coupant de leur vivres, matériel et munitions.

Prenant sa mission à cœur, au lieu de les détruire, il s’alourdit des prises de guerre et, ralenti et encombré, se perd dans les montagnes. Il finit par arriver trop tard sur le champ de bataille, et sera froidement accueilli par Lee par ces mots : “Bien, Général, vous êtes enfin là.

stylo, crayons de couleur, encre, lavis et aquarelle sur papier

36×48cm, michael lilin 2014