Étiquette : crayon graphite

I was always affected by the grand style

 

 

I was always affected by the grand style  michael lilin

crayon graphite et crayon de couleur, encre sur papier aquarelle

18x25cm

michael lilin 2017

 

 

 

I wander thro’ each charter’d street,
Near where the charter’d Thames does flow.
And mark in every face I meet
Marks of weakness, marks of woe.
In every cry of every Man,
In every Infants cry of fear,
In every voice: in every ban,
The mind-forg’d manacles I hear
How the Chimney-sweepers cry
Every blackning Church appalls,
And the hapless Soldiers sigh
Runs in blood down Palace walls
But most thro’ midnight streets I hear
How the youthful Harlots curse
Blasts the new-born Infants tear
And blights with plagues the Marriage hearse
London, William Blake, 1794
However, Cicero found danger in using the style. If the audience was not sufficiently prepared for a major speech, he claimed that it would appear as if the speaker were inebriated. He believed it necessary for a speaker to fully appreciate the two other styles—plain and middle—used respectively for ‘teaching’ and for ‘pleasing’. He claimed that without the understanding all three, the potential of the grand style could never be realized.

Making concrete as much as my guts can stand

Making concrete as much as my guts can stand / as touchable—grabable—solid— but it always turns out so precarious

Stylo uniball, aquarelle, encre et crayons sur papier

michael lilin 2017

 

 

 

 

 

 

The mower, Philip Larkin 
The mower stalled, twice; kneeling, I found
A hedgehog jammed up against the blades,
Killed. It had been in the long grass.
I had seen it before, and even fed it, once.
Now I had mauled its unobtrusive world
Unmendably. Burial was no help:
Next morning I got up and it did not.
The first day after a death, the new absence
Is always the same; we should be careful
Of each other, we should be kind
While there is still time.
michael lilin 2017

Ne touche pas à ça

michael lilin 2017

 

Ne touche pas à ça

Encres, stylo uniball, feutre, crayons de couleur, découpages sur papier, colle à bois

41×31cm

michael lilin 2017

 

Don’t touch, the flame will burn the fingertips.
Thrust your whole palm into the fire,
thrust it into the cool of my fur,
for I come from beyond the forests and swamps.
Once my lungs were filled with ice-cold mist,
snow crystals scraped my antlers.
Ice fields shifted. I spoke with a human voice.
What fine words, what low lines. My voice resounded
through the forest. Trees stirred, the lawn shrank.
I came closer, past the first suburbs,
the first lit houses, your home somewhere among them.
Don’t touch,
the glacier’s edge will stick to your nails.

(Olli Heikkonen, 2007)

michael lilin 2017

constellation (keep smiling, la récompense, thinking one thing)

michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017 michael lilin 2017

Constellation

encre, crayons, feutres, découpages sur papier

3 feuilles

michael lilin 2017

 

 

“They don’t come to me
anymore. How can I lament
anything? It is all
so proper, so much
as it should be, now
the nearing cumulus
clouds, ominous,
shift, they are like the
curtains, billowy,
veering at the apex
of their intrusion on the room.
If I am alive now,
it is only
to be in all this
making all possible.
I am glad to be
finally a part
of such machinery. I was
after all not so fond
of living, and there comes
into me, when I see
how little I liked
being a man, a great joy.”
(denis johnson, Looking out the window poem, 1995)
michael lilin drawing 2016

A nice week (Part II : easy target)

michael lilin drawing 2016

A nice week (easy target)

encres, graphite sur papier

46×61 cm

michael lilin 2016

 

 

 

What simple profundities
What profound simplicities
To sit down among the trees
and breathe with them
in murmur brool and breeze —

And how can I trust them
who pollute the sky
with heavens
the below with hells

Well, humankind,
I’m part of you
and so my son

but neither of us
will believe
your big sad lie

Gregory Corso
michael lilin drawing 2016

Let’s face it : everything didn’t work out as expected

michael lilin drawing 2016

Let’s face it : everything didn’t work out as expected

Encre, crayons sur papier découpé

michael lilin 2016

Let’s face it

Things didn’t work

Quite as expected

How it happened

Does not matter

As long as 

all is stucked

Let’s have

A close look 

On that

Shared failure

How come

There’s no grip

On nothing

That could help

No way out

No way in

Close circuit

Running free

michael lilin 2016

Chacun défend sa version

chacun défend se version —michael lilin

Chacun défend sa version

crayon, mine graphite, feutre sur papier ligné

21×16,7 cm

michael lilin 2016

 

 

 

Devant nous s’étend la terre des pauvres, dont les richesses appartiennent exclusivement aux riches, une planète de terre écorchée, de forêts saignées à cendre, une planète d’ordure, un champ d’ordures, des océans que seuls les riches traversent, des déserts pollués par les jouets et les erreurs des riches, nous avons devant nous les villes dont seules les multinationales mafieuses possèdent les clés, les cirques dont les riches contrôlent les pitres, les télévisions conçues pour leur distraction et notre assoupissement, nous avons devant nous leurs grands hommes juchés sur une grandeur qui est toujours un tonneau de sanglante sueur que les pauvres ont versé ou verseront, nous avons devant nous les brillantes vedettes et les célébrités doctorales dont pas une des opinions émises, dont pas une des dissidences spectaculaires n’entre en contradiction avec la stratégie à long terme des riches, nous avons devant nous leurs valeurs démocratiques conçues pour leur propre renouvellement éternel et notre éternelle torpeur, nous avons devant nous les machines démocratiques qui leur obéissent au doigt et à l’oeil et interdisent aux pauvres toute victoire significative, nous avons devant nous les cibles qu’ils nous désignent pour nos haines, toujours d’une façon subtile, avec une intelligence qui dépasse notre entendement de pauvres et avec un art du double langage qui annihile notre culture de pauvres, nous avons devant nous leur lutte contre la pauvreté, leurs programmes d’assistance aux industries des pauvres, leurs programmes d’urgence et de sauvetage, nous avons devant nous leurs distributions gratuites de dollars pour que nous restions pauvres et eux riches, leurs théories économiques méprisantes et leur morale de l’effort et leur promesse pour plus tard d’une richesse universelle, pour dans vingt générations ou dans vingt mille ans, nous avons devant nous leurs agents d’influence, leurs propagandistes spontanés, leur innombrables médias, leurs chefs de famille scrupuleusement attachés aux principes les plus lumineux de la justice sociale, pour peu que leurs enfants aient une place garantie du bon côté de la balance, nous avons devant nous un cynisme tellement bien huilé que le seul fait d’y faire allusion, même pas d’en démonter les mécanismes, mais d’y faire simplement allusion, renvoie dans une marginalité indistincte, proche de la folie et loin de tout tambour et de tout soutien, je suis devant cela, en terrain découvert, exposée aux insultes et criminalisée à cause de mon discours, nous sommes en face de cela qui devrait donner naissance à une tempête généralisée, à un mouvement jusqu’au-boutiste et impitoyable, dix décennies au moins de réorganisation impitoyable et de reconstruction selon nos règles, loin de toutes les logiques religieuses et financière des riches et de leurs philosophies politiques et sans prendre garde aux clameurs de leurs ultimes chiens de garde, nous sommes devant cela depuis des centaines d’années, et nous n’avons toujours pas compris comment faire pour que l’idée de l’insurrections égalitaire visite en même temps, à la même date, les milliards de pauvres qu’elle n’a pas visité encore, et pour qu’elle s’y enracine et pour qu’enfin elle y fleurisse.

Trouvons donc comment faire et faisons-le. 

Antoine Volodine Des anges mineurs, 1999

intérêts conjoints m lilin

Intérêts conjoints

intérêts conjoints michael lilin

Intérêts conjoints

Encres, lavis, crayon, stylo sur papier

18×24 cm

michael lilin 2016

 

45 
 

Avec l’automation, qui est à la fois le secteur le plus avancé de l’industrie moderne, et le modèle où se résume parfaitement sa pratique, il faut que le monde de la marchandise surmonte cette contradiction : l’instrumentation technique qui supprime objectivement le travail doit en même temps conserver le travail comme marchandise, et seul lieu de naissance de la marchandise. Pour que l’automation, ou toute autre forme moins extrême de l’accroissement de la productivité du travail, ne diminue pas effectivement le temps de travail social nécessaire à l’échelle de la société, il est nécessaire de créer de nouveaux emplois. Le secteur tertiaire, les services, sont l’immense tirement des lignes d’étapes de l’armée de la distribution et de l’éloge des marchandises actuelles ; mobilisation des forces supplétives qui rencontre opportunément, dans la facticité même des besoins relatifs à de telles marchandises, la nécessité d’une telle organisation de l’arrière-travail. 
  
  
  
 

46 
 

La valeur d’échange n’a pu se former qu’en tant qu’agent de la valeur d’usage, mais sa victoire par ses propres armes a créé les conditions de sa domination autonome. Mobilisant tout usage humain et saisissant le monopole de sa satisfaction, elle a fini par diriger l’usage. Le processus de l’échange s’est identifié à tout usage possible, et l’a réduit à sa merci. La valeur d’échange est le condottiere de la valeur d’usage, qui finit par mener la guerre pour son propre compte. 

So precious michael lilin

So precious/so precious/so precious

So precious  m.lilin

So precious

encre, crayon graphite, pierre noire et aquarelle sur papier

Michael Lilin 2016

 

so precious so precious so precious michael lilin

Her eyes look at you
You don’t know what to do
But she seems to understand
Everything you’re thinking of
Your words are lost in conversation
Passing from your lips
And all the time you’re looking at her
Struggling with your wit

Vom Gesicht und Räthsel

Vom gesicht und Räthsel—michael lilin 2016
Vom Gesicht une Räthsel michael lilin

Vom Gesicht und Räthsel (de la vision et de l’énigme)

encre, crayon graphite, crayon de couleur, stylo Uniball sur papier

21×29,7cm

michael lilin 2016

À vous, chercheurs hardis et aventureux, qui que vous soyez, vous qui vous êtes embarqués avec des voiles pleines d’astuce, sur les mers épouvantables, —

à vous qui êtes ivres d’énigmes, heureux du demi-jour, vous dont l’âme se laisse attirer par le son des flûtes dans tous les remous trompeurs :

— car vous ne voulez pas tâtonner d’une main peureuse le long du fil conducteur ; et partout où vous pouvez deviner, vous détestez de conclure —

c’est à vous seuls que je raconte l’énigme que j’ai vue, — la vision du plus solitaire. —

Le visage obscurci, j’ai traversé dernièrement le blême crépuscule, — le visage obscurci et dur, et les lèvres serrées. Plus d’un soleil s’était couché pour moi.

Also Sprach Zarathoustra, Friedrich Nietzsche, 1883

The amorous subject.

michael lilin the amorous subject
The amorous subject A4

The amorous subject

encre, stylo, crayons sur papiers découpés,

21×29,7×3 cm

michael lilin 2016

“The amorous subject lives in the belief that the loved object does love him, but doesn’t tell him / Oh sprich, mein herzallerliebstes Lieb/Our experience shows us that such contact involves rather amusing conspiracies of silence”

(Le sujet amoureux vit dans la croyance que l’objet de son amour l’aime en retour, mais ne lui dit pas/Oh parle, mon amour très cher de mon cœur/notre expérience nous montre qu’un tel contact entraîne plutôt d’amusantes conspirations de silence)(vaguement : Roland Barthes, Heinrich Heine, Guy Debord)

 

We have some meddlesome tasks to fulfill before we run off to glory.

we have meddlesome tasks 24×18 2015

We have some meddlesome tasks to fulfill before we run off to glory

encre, crayon graphite et aquarelle sur papier

24×18 cm

michael lilin 2015

 

 

He loves to sit and hear me sing,
         Then, laughing, sports and plays with me;
Then stretches out my golden wing,
         And mocks my loss of liberty.

Same as they always do.

Same as they always do2 Same as they always do 46×61 2016

Same as they always do

crayon, encres stylo sur papier, 46×61 cm

michael lilin 2016

And you may find yourself living in a shotgun shack
And you may find yourself in another part of the world
And you may find yourself behind the wheel of a large automobile
And you may find yourself in a beautiful house, with a beautiful wife
And you may ask yourself
Well…How did I get here?

Once in a lifetime, the Talking Heads

Une corrélation positive.

une corrélation positive 2 une corrélation positive 36× 48

Une corrélation positive

Crayons, stylos, aquarelle et encre sur papier, 61×46 cm

michael lilin 2016

« La conclusion de l’analyste était que mon arrivée sur terre était liée à une suite d’événements hasardeux, improbables. Je lui ai dit que je ne croyais pas posséder de talent particulier, sinon celui de la curiosité ; il a vu là une déclaration de première importance. Il est horrible de prendre la vie pour une chose, m’a-t-il dit, et de s’apercevoir qu’elle en est une autre. La curiosité permet d’envisager plusieurs alternatives. Son tempérament portait la trace de la mélancolie la plus légère que j’aie jamais vue, une humeur qui m’a rendue définitivement méfiante envers tout projet d’auto-amélioration et ces tripatouillages mentaux dont notre époque est friande. Il ne m’a pas fait payer la dernière séance de cinquante minutes que nous avons passée à nous poser mutuellement des questions.  »

Extrait de: Jim Harrison. « Dalva. »

Les Fruits Récoltés

Les fruits récoltés 31×41 2015

Les Fruits Récoltés

Crayon, crayons de couleur, encre et lavis sur papier

31×41 cm

michael lilin 2015

 

L’erreur des prétendus gens de goût est de vouloir de l’art partout, et de n’être jamais contents que l’art ne paraisse ; au lieu que c’est à le cacher que consiste le véritable goût, surtout quand il est question des ouvrages de la nature. Que signifient ces allées droites, si sablées, qu’on trouve sans cesse, et ces étoiles, par lesquelles, bien loin d’étendre aux yeux la grandeur d’un parc, comme on l’imagine, on ne fait qu’en montrer maladroitement les bornes?

Jean-Jacques Rousseau, La nouvelle Héloïse.

From the archaic bones of the great trees

image image

image

From the archaic bones of the great trees

encre, lavis, aquarelle, mine graphite sur papier

michael lilin 2015

Le Général Gideon Pillow lors de la bataille de Stones River, lorsqu’il quitte le champ de bataille pour se réfugier dans les bois.

This wood burns a dark
Incense. Pale moss drips
In elbow-scarves, beards

From the archaic
Bones of the great trees.
Blue mists move over

A lake thick with fish.
Snails scroll the border
Of the glazed water

With coils of ram’s-horn.
Out in the open
Down there the late year

Hammers her rare and
Various metals.
Old pewter roots twist

Up from the jet-backed
Mirror of water
And while the air’s clear

Hourglass sifts a
Drift of goldpieces
Bright waterlights are

Sliding their quoits one
After the other
Down boles of the fir.

– Sylvia Plath

JEB at Gettysburgh : pride.

JEB at Gettysburgh-pride détail3 JEB at Gettysburgh-pride (30×40)×2 2014 JEB at Gettysburgh-pride détail

Le général Jeb Stuart était réputé pour le soin qu’il apportait à sa tenue. Considéré pour ses qualités militaires, il est décrit comme calme, ferme, pointu, actif et entreprenant, abstinent ; cependant, il fait réaliser ses uniformes sur mesure, décore son chapeau de plumes d’autruches, porte une cape, orne la tunique de galons dorés. Il offrira même un de ses uniformes au général Jackson, pour qu’il ait plus la prestance que Stuart associe à leur grade.

JEB at Gettysburgh : pride

crayon de couleurs, crayon, stylo, lavis et aquarelle sur papier

60×40 cm, michael lilin 2014

J_E_B_Stuart_Richmond