Étiquette : aquarelle

Coming back to the BIG NUMBER situation

michael lilin

Coming back to the BIG NUMBER situation/checking the rules of the game

Encre et aquarelle sur papier

23×30 cm

michael lilin 2018

 

«We have annexed the future into the present, as merely one of those manifold alternatives open to us. Options multiply around us, and we live in an almost infantile world where any demand, any possibility, whether for life-styles, travel, sexual roles and identities, can be satisfied instantly.»

J. G. Ballard

Making concrete as much as my guts can stand

Making concrete as much as my guts can stand / as touchable—grabable—solid— but it always turns out so precarious

Stylo uniball, aquarelle, encre et crayons sur papier

michael lilin 2017

 

 

 

 

 

 

The mower, Philip Larkin 
The mower stalled, twice; kneeling, I found
A hedgehog jammed up against the blades,
Killed. It had been in the long grass.
I had seen it before, and even fed it, once.
Now I had mauled its unobtrusive world
Unmendably. Burial was no help:
Next morning I got up and it did not.
The first day after a death, the new absence
Is always the same; we should be careful
Of each other, we should be kind
While there is still time.
michael lilin drawing 2016

A nice week (Part II : easy target)

michael lilin drawing 2016

A nice week (easy target)

encres, graphite sur papier

46×61 cm

michael lilin 2016

 

 

 

What simple profundities
What profound simplicities
To sit down among the trees
and breathe with them
in murmur brool and breeze —

And how can I trust them
who pollute the sky
with heavens
the below with hells

Well, humankind,
I’m part of you
and so my son

but neither of us
will believe
your big sad lie

Gregory Corso
michael lilin : comme il est idiot, il ne voit rien.

comme il est idiot, il ne voit rien

michael lilin : comme il est idiot, il ne voit rien

Comme il est idiot, il ne voit rien.

Encres, stylo uniball, crayons de couleur, aquarelle sur papier

18×24cm

michael lilin 2016

Ce qui le fascinait, c’étaient les hommes dans leur malheur, ce n’étaient pas les hommes proprement dit qui l’avaient attiré mais leur malheur, et ce malheur il le rencontrait partout où il y avait des hommes, pensai-je, il était avide d’hommes parce qu’il était avide de malheur. L’homme c’est le malheur, disait-il sans cesse, pensai-je, il n’y a que les sots pour prétendre le contraire. C’est un malheur que de naître, disait-il, et aussi longtemps que nous vivons, nous ne faisons que prolonger ce malheur, seule la mort y met un terme. Mais cela ne signifie pas que nous sommes seulement malheureux, notre malheur est la condition préalable en vertu de laquelle nous pouvons aussi être heureux, il n’y a que par le détour du malheur que nous pouvons être heureux, disait-il, pensai-je.

Le trajet de Vienne à Linz est un trajet semé uniquement de laideur. De Linz à Salzbourg, cela ne s’arrange pas. Et les montagnes du Tyrol m’oppressent. J’ai toujours haï le Vorarlberg au même titre que la Suisse, lieu d’élection de l’abrutissement, comme mon père l’a toujours dit, et sur ce point, je ne le contredisais pas. Je connaissais Coire pour m’y être plusieurs fois arrêté avec mes parents, c’est-à-dire chaque fois que nous envisagions d’aller à Saint-Maurice et passions la nuit à Coire, toujours au même hôtel où cela puait la tisane de menthe ; mon père y était connu et on lui consentait un rabais de vingt pour cent parce qu’il était resté fidèle à l’hôtel pendant plus de quarante ans. 

Thomas Berhard, Le naufragé, 1986

grausam und unerbittlich gegen alles sein

grausam und unerbittlich gegen alles sein Michael Lilin

Grausam und unerbittlich gegen alles sein (être cruel et impitoyable envers tout)

Encres, aquarelle, stylo sur papier, 18×24 cm

michael lilin 2016

Obligation, sans reprendre souffle, de raréfier, de hiérarchiser êtres et choses empiétant sur nous.
Comprenne qui pourra.
Le pollen n’échauffant plus un avenir multiple s’écrase contre la paroi rocheuse.

Que nous défiions l’ordre ou le chaos, nous obéissons à des lois que nous n’avons pas intellectuellement instituées.
Nous nous en approchons à pas de géant mutilé.

De quoi souffrons-nous le plus?
De souci.
Nous naissons dans le même torrent, mais nous y roulons différemment  parmi les pierres affolées.
Souci?
Instinct garder.  (René Char)

In whatever way

michael lilin in whatever way

In whatever way (maintenant les informations descendaient sur moi par paquets énormes. Je n’avais pas besoin de réfléchir pour les assimiler/Instantanément, je comprenais les instructions que les voix me dictaient, et les chiffres par quoi le monde était décrit./Le bilan était du genre à ôter tout courage.)

Encres, crayon, aquarelle sur papier, 36×26cm

michael lilin 2016

 

Regardez ce rayon du jour qui vient par ma fenêtre, dit l’abbé, et regardez sur le mur les lignes que j’ai tracées. Grâce à ces lignes, qui sont combinées avec le double mouvement de la terre et l’ellipse qu’elle décrit autour du soleil, je sais plus exactement l’heure que si j’avais une montre, car une montre se dérange, tandis que le soleil et la terre ne se dérangent jamais.

[42.9% des phrases contiennent plus que 20 mots, ce qui est supérieur à la valeur maximale recommandée de 25%. Essayez de raccourcir vos phrases.]

intérêts conjoints m lilin

Intérêts conjoints

intérêts conjoints michael lilin

Intérêts conjoints

Encres, lavis, crayon, stylo sur papier

18×24 cm

michael lilin 2016

 

45 
 

Avec l’automation, qui est à la fois le secteur le plus avancé de l’industrie moderne, et le modèle où se résume parfaitement sa pratique, il faut que le monde de la marchandise surmonte cette contradiction : l’instrumentation technique qui supprime objectivement le travail doit en même temps conserver le travail comme marchandise, et seul lieu de naissance de la marchandise. Pour que l’automation, ou toute autre forme moins extrême de l’accroissement de la productivité du travail, ne diminue pas effectivement le temps de travail social nécessaire à l’échelle de la société, il est nécessaire de créer de nouveaux emplois. Le secteur tertiaire, les services, sont l’immense tirement des lignes d’étapes de l’armée de la distribution et de l’éloge des marchandises actuelles ; mobilisation des forces supplétives qui rencontre opportunément, dans la facticité même des besoins relatifs à de telles marchandises, la nécessité d’une telle organisation de l’arrière-travail. 
  
  
  
 

46 
 

La valeur d’échange n’a pu se former qu’en tant qu’agent de la valeur d’usage, mais sa victoire par ses propres armes a créé les conditions de sa domination autonome. Mobilisant tout usage humain et saisissant le monopole de sa satisfaction, elle a fini par diriger l’usage. Le processus de l’échange s’est identifié à tout usage possible, et l’a réduit à sa merci. La valeur d’échange est le condottiere de la valeur d’usage, qui finit par mener la guerre pour son propre compte. 

Outnumbered —michael lilin
Outnumbered

Outnumbered 

Encre, lavis, aquarelle et stylo sur papier,

24×18 cm

michael lilin 2016

The practitioner is outnumbered, but though he is, the practitioner has a plan of action which will defeat his numerically superior enemies. Of course, during that exact time, he will be unable to defeat them because he is vastly outnumbered, but there will be a time when his enemies will become few. 

That is the perfect opportunity and time to conduct a treacherous attack which should surprise the remainder of his enemies.

Employment of “deceptive attacks” is useful, especially when combined with treacherous means, in order to defeat the enemy.

Patrhenry P Pantig,  Martial Art Philosophy : the art of street fighting.

 

So precious michael lilin

So precious/so precious/so precious

So precious  m.lilin

So precious

encre, crayon graphite, pierre noire et aquarelle sur papier

Michael Lilin 2016

 

so precious so precious so precious michael lilin

Her eyes look at you
You don’t know what to do
But she seems to understand
Everything you’re thinking of
Your words are lost in conversation
Passing from your lips
And all the time you’re looking at her
Struggling with your wit

Your Favorite Question.

your favorite question A4

Your Favorite Question

Encres et aquarelle sur papier découpé.

21×29,7 cm

Michael Lilin 2016

 

 

And after all these things
Is a question I must ask
When everyone has called me out
And said I am the worst
And asked for voices on my side
My love, would you sing first?
Would you say, « He’s okay,
He’s better than the rest ;
He’s innocent in god’s eyes
And in mine, he is the best« ?

The amorous subject.

michael lilin the amorous subject
The amorous subject A4

The amorous subject

encre, stylo, crayons sur papiers découpés,

21×29,7×3 cm

michael lilin 2016

“The amorous subject lives in the belief that the loved object does love him, but doesn’t tell him / Oh sprich, mein herzallerliebstes Lieb/Our experience shows us that such contact involves rather amusing conspiracies of silence”

(Le sujet amoureux vit dans la croyance que l’objet de son amour l’aime en retour, mais ne lui dit pas/Oh parle, mon amour très cher de mon cœur/notre expérience nous montre qu’un tel contact entraîne plutôt d’amusantes conspirations de silence)(vaguement : Roland Barthes, Heinrich Heine, Guy Debord)

 

Warming up (s’échauffer)

warming up 61×46

Warming up 

(S’échauffer)

Encres et aquarelles sur papier

61×46 cm

michael lilin 2016

La plupart des formes d’eau mélangées les unes aux autres, et distillées à travers les plantes que produit la terre, ont reçu le nom général de sucs. Ces sucs, diversifiés par les mélanges dont ils sont les produits, ont fourni un grand nombre d’espèces qui n’ont pas de nom. Mais quatre espèces, contenant du feu et particulièrement limpides, ont reçu des noms. Parmi celles-ci, celle qui réchauffe l’âme en même temps que le corps est le vin. Celle qui est lisse et divise le courant visuel et qui, à cause de cela, paraît brillante, luisante et grasse à la vue est l’espèce huileuse, poix, huile de ricin, huile proprement dite et tous les autres sucs doués des mêmes propriétés. Celle qui dilate, autant que la nature le comporte, les pores contractés de la bouche et produit, grâce à cette propriété, une sensation de douceur a reçu généralement le nom de miel. Enfin celle qui dissout la chair en la brûlant, sorte d’écume distincte de tous les autres sucs, a été appelée verjus. (Platon, Timée)

 

 

We have some meddlesome tasks to fulfill before we run off to glory.

we have meddlesome tasks 24×18 2015

We have some meddlesome tasks to fulfill before we run off to glory

encre, crayon graphite et aquarelle sur papier

24×18 cm

michael lilin 2015

 

 

He loves to sit and hear me sing,
         Then, laughing, sports and plays with me;
Then stretches out my golden wing,
         And mocks my loss of liberty.

ambiguous negation

ambigous negation 2 ambigous negation 23×31

ambiguous negation

encres, stylo et aquarelle sur papier et papier découpé

23×31cm

michael lilin 2016

Teach me to plead,” said a young rhetorician to a sophist, “and I will pay you when I gain a cause.” The master sued for payment at once, and the scholar pleaded, “If I gain my cause you must pay me, and if I lose it I am not bound to pay you by the terms of our contract.” The master pleaded, “If you gain you must pay me by the terms of the agreement, and if you lose the court will compel you to pay me.

 

(je voulais le morceau Are you positive you’re negative ? mais il semble introuvable. Tant pis, un autre.)

I know noble accents & lucid inescapable rythms (sic)

I know noble accents 2 I know noble accents A4

I know noble accents and lucid inescapable rythms (sic)

Encre sur papier 29,7×21cm

michael lilin 2016

 

 

Wallace Stevens, Thirteen ways of looking at a blackbird.

VIII
I know noble accents
And lucid, inescapable rhythms;
But I know, too,
That the blackbird is involved
In what I know.

 

IX
When the blackbird flew out of sight,
It marked the edge
Of one of many circles.

 

X
At the sight of blackbirds
Flying in a green light,
Even the bawds of euphony
Would cry out sharply.

 

XI
He rode over Connecticut
In a glass coach.
Once, a fear pierced him,
In that he mistook
The shadow of his equipage
For blackbirds.

 

XII
The river is moving.
The blackbird must be flying.

Same as they always do.

Same as they always do2 Same as they always do 46×61 2016

Same as they always do

crayon, encres stylo sur papier, 46×61 cm

michael lilin 2016

And you may find yourself living in a shotgun shack
And you may find yourself in another part of the world
And you may find yourself behind the wheel of a large automobile
And you may find yourself in a beautiful house, with a beautiful wife
And you may ask yourself
Well…How did I get here?

Once in a lifetime, the Talking Heads

Une corrélation positive.

une corrélation positive 2 une corrélation positive 36× 48

Une corrélation positive

Crayons, stylos, aquarelle et encre sur papier, 61×46 cm

michael lilin 2016

« La conclusion de l’analyste était que mon arrivée sur terre était liée à une suite d’événements hasardeux, improbables. Je lui ai dit que je ne croyais pas posséder de talent particulier, sinon celui de la curiosité ; il a vu là une déclaration de première importance. Il est horrible de prendre la vie pour une chose, m’a-t-il dit, et de s’apercevoir qu’elle en est une autre. La curiosité permet d’envisager plusieurs alternatives. Son tempérament portait la trace de la mélancolie la plus légère que j’aie jamais vue, une humeur qui m’a rendue définitivement méfiante envers tout projet d’auto-amélioration et ces tripatouillages mentaux dont notre époque est friande. Il ne m’a pas fait payer la dernière séance de cinquante minutes que nous avons passée à nous poser mutuellement des questions.  »

Extrait de: Jim Harrison. « Dalva. »

Un petit temps de répit (apprécié de tous)

un petit temps de répit A4 2015

Un petit temps de répit (apprécié de tous)

stylo, aquarelle et encre sur papier

29,7×21cm

michael lilin 2015

 

 

Encor! que sans répit les tristes cheminées
Fument, et que de suie une errante prison
Eteigne dans l’horreur de ses noires traînées
Le soleil se mourant jaunâtre à l’horizon!

– Le Ciel est mort. – Vers toi, j’accours! donne, ô matière
L’oubli de l’Idéal cruel et du Péché
A ce martyr qui vient partager la litière
Où le bétail heureux des hommes est couché.

Car j’y veux, puisque enfin ma cervelle vidée
Comme le pot de fard gisant au pied d’un mur
N’a plus l’art d’attifer la sanglotante idée
Lugubrement bâiller vers un trépas obscur…

(L’Azur, Mallarmé, 1864)

Je vous tiendrai au courant dès que je serai arrivé à une conclusion.

je vous tiendrai au courant A4 2015

Je vous tiendrai au courant dès que je serai arrivé à une conclusion.

Stylo, aquarelle et lavis sur papier

21×29,7 cm

michael lilin 2015

 

 

Une technique simple :

Se tenir debout, le dos droit et le regard fixé droit devant soi.

  1.  inspirez longuement par la bouche et le nez.
  2.  expirez doucement par la bouche et le nez, en rentrant au maximum le ventre.
  3. inspirez à nouveau en gonflant son ventre au fur et à mesure de l’inspiration.

Les attributs du clan.

les attributs du clan A4 2015

Les attributs du clan

Stylo et aquarelle sur papier

29,7×21 cm

michael lilin 2015

«Les Attributs sont répartis en trois types : Primaires, Secondaires et de Profession. Quand vous monterez en niveau, vos Attributs primaires augmenteront automatiquement. La valeur totale de vos Attributs primaire au niveau 80 est de 916. Il est aussi possible d’augmenter les Attributs par le biais des objets et des Aptitudes au cours de votre progression. De façon générale, plus vos Attributs sont élevés, plus vous serez puissant.»

Stillness is a lie, my dear.

Stillness4 Stillness3 Stillness2 Stillness is a lie, my dear 23×30,5 2015

Stillness is a lie, my dear  

Encres, crayons de couleur, et aquarelle sur papier,

23×30,5 cm

michael lilin

2015

 

 

 

To Eva Descending the Stair

Clocks cry: stillness is a lie, my dear;
The wheels revolve, the universe keeps running.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

The asteroids turn traitor in the air,
And planets plot with old elliptic cunning;
Clocks cry: stillness is a lie, my dear.

Red the unraveled rose sings in your hair:
Blood springs eternal if the heart be burning.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

Cryptic stars wind up the atmosphere,
In solar schemes the titled suns go turning;
Clocks cry: stillness is a lie, my dear.

Loud the immortal nightingales declare:
Love flames forever if the flesh be yearning.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

Circling zodiac compels the year.
Intolerant beauty never will be learning.
Clocks cry: stillness is a lie, my dear.
(Proud you halt upon the spiral stair.)

Sylvia Plath

From the archaic bones of the great trees

image image

image

From the archaic bones of the great trees

encre, lavis, aquarelle, mine graphite sur papier

michael lilin 2015

Le Général Gideon Pillow lors de la bataille de Stones River, lorsqu’il quitte le champ de bataille pour se réfugier dans les bois.

This wood burns a dark
Incense. Pale moss drips
In elbow-scarves, beards

From the archaic
Bones of the great trees.
Blue mists move over

A lake thick with fish.
Snails scroll the border
Of the glazed water

With coils of ram’s-horn.
Out in the open
Down there the late year

Hammers her rare and
Various metals.
Old pewter roots twist

Up from the jet-backed
Mirror of water
And while the air’s clear

Hourglass sifts a
Drift of goldpieces
Bright waterlights are

Sliding their quoits one
After the other
Down boles of the fir.

– Sylvia Plath

Opportunities (like golden apples)

Opportunities détail3Opportunities détail

Opportunities détail2Opportunities (like golden apples) 31×41 2015

Opportunities (like golden apples)

Aquarelle et encre sur papier, 31×41 cm

michael lilin 2015

Un autre moment de la carrière du Général Gideon Pillow, quand il est au commandement du fort Donelson, dans le Tennessee, en 1862.

Sachant que le fort va tomber aux mains des soldats de l’Union du Général Ulysse Grant, malgré une tentative de sortie qui faillit être couronnée de succès mais dont les positions gagnées furent inexplicablement abandonnées, Pillow décide de passer le commandement du fort à son second, le Général Buckner, et, se considérant comme une prise trop importante pour être fait prisonnier, il s’enfuit en traversant la rivière Cumberland sur une barque à fond plat.

La chute du fort entraînera également la chute de Nashville.

Battle_of_Fort_Donelson

Kurz & Allison, Battle of Fort Donelson, lithographie, 1887

The sound of the land that is full of the wind that is blowing.

The sound of the land full of the wind that is blowing5The sound of the land full of the wind that is blowing7 The sound of the land full of the wind that is blowing6 The sound of the land full of the wind that is blowing, 30×40, 2015

The sound of the land that is full of the wind that is blowing

encre de chine, crayons de couleur, stylo uniball, feutre, aquarelle et lavis sur papier,

30×40cm

michael lilin 2015

Le Général J. Gideon Pillow (1806—1878) est un juriste et homme d’affaires américain, qui a été officier dans l’armée confédérée lors de la guerre de Sécession.

Plusieurs faits d’armes de Pillow sont saillants dans la carrière militaire de ce notable du Tennessee. Celui qui est évoqué date de deux ans avant la fin de la guerre de Sécession, lors de la bataille de Stones River. Alors qu’il commandait une brigade de la division du Général Breckinridge, celui-ci le retrouve dissimulé derrière un arbre pour éviter le combat.

Le titre est tiré dune poésie de Wallace Stevens.

 

L’apparence de la diversité.

 

L'apparence de la diversité détail

L'apparence de la diversité 23×30,5 2014

L’apparence de la diversité

Stylo, aquarelle, lavis sur papier,

23×30,5 cm

michael lilin 2014

 

I live uptown
I live downtown
I live all around

I had money, I had none
I had money, I had none
But I never been so broke that I couldn’t leave town

I’m a changeling
See me change
I’m a changeling
See me change

I’m the air you breathe
Food you eat
Friends you greet in the sullen street, wow!
See me change

(Doors, 1970)

Thank you for visiting our land.

Thank You for visiting our land détail2Thank You for visiting our land détail

Thank You for visiting our land 31×41 2014

Thank you for visiting our land

Encre de chine, lavis, aquarelle, feutre et crayons de couleur sur papier, 31×41 cm

michael lilin 2014

 

I don’t mean to make you cry.
I mean nothing, but this has not kept you
From peeling away my body, layer by layer,

The tears clouding your eyes as the table fills
With husks, cut flesh, all the debris of pursuit.
Poor deluded human: you seek my heart.

Monologue for an onion (2003)
Suji Kwock Kim

JEB at Gettysburgh : greed

Capture d’écran 2014-12-01 à 18.04.38

JEB at Gettysburgh-greed 36×48 2014
JEB at Gettysburgh, Greed.

Capture d’écran 2014-12-01 à 18.04.17

JEB at Gettysburgh : Greed

JEB Stuart, général de cavalerie sudiste, dandy et indispensable à la stratégie du Général Lee, est chargé pendant la bataille de Gettysburgh de rejoindre les troupes en contournant les armées nordistes et en les coupant de leur vivres, matériel et munitions.

Prenant sa mission à cœur, au lieu de les détruire, il s’alourdit des prises de guerre et, ralenti et encombré, se perd dans les montagnes. Il finit par arriver trop tard sur le champ de bataille, et sera froidement accueilli par Lee par ces mots : “Bien, Général, vous êtes enfin là.

stylo, crayons de couleur, encre, lavis et aquarelle sur papier

36×48cm, michael lilin 2014